Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 12:43
LAURENT COQ : " The Lafayette suite"

Jazz & People 2015

Laurent Coq (p), Walter Smith III (ts), Joe Sanders (cb), Damion reid (dms)

Laurent Coq, c’est certainement le plus américain de nos french jazzmen. Imprégné de ce jazz New-Yorkais actuel qui fait école un peu partout dans le monde, le pianiste s’est forgé outre-atlantique une solide réputation et de très sérieuses amitiés musicales. On le sait auditeur attentif de tout ce qui se joue là-bas, admirateur des groupes aussi mythiques que Fly (et donc aussi du trio de Mark Turner),de Kneebody ou encore de la musique d’ Ambrose Akinmusire. Mais il n’en est pas un simple spectateur. En fait Laurent Coq ne cesse de jeter des ponts entre les deux continents. C’est en quelque sorte notre Lafayette du jazz.

Et c’est un peu dans cet esprit que Laurent Coq a réuni un superbe quartet franco-américain pour aller enregistrer dans les studios du New Jersey, sur le tout nouveau label Jazz & People ( Leila Olivesi, Yonathan Avishai etc…).

C’est que Laurent Coq a des choses à dire et à partager. Au point que sa musique est chez lui comme une sorte d'art de la conversation avec les musiciens qui se succèdent autour de lui. On avait aimé la façon qu’il avait de faire jouer Olivier Zanot ( dans « The things to share » http://www.lesdnj.com/article-5900776.html) ou encore d’échanger l’an dernier avec le guitariste Ralph Lavital ( « Dialogue » http://www.lesdnj.com/article-laurent-coq-dialogue-120052083.html) voire avec cet immense alto qu’est Miguel Zenon.

Ici c’est avec trois très grands du jazz qu’il poursuit cet art de la discussion. Son entente avec Walter Smith III y est tellement remarquable qu’elle s'écoute comme le témoignage d’une parfaite symbiose. Le saxophoniste y est éblouissant . Le ténor, par ailleurs pilier du quintet d’ Akinmusire et que l’on a pu entendre récemment avec un autre ténor Jan Harbeck, est assurément l‘un des saxs le plus subtil du moment. Perpétuant une tradition du ténor mais en la modernisant il se montre aérien. Walter Smith c'est de l'orfèvrerie, ciselée avec précision et avec ce supplément d'âme si expressif. Portant au plus haut degré d’intensité le lyrisme épique de ce Lafayette Suite.

Les compositions sont signées pour moitié par le pianiste et pour l’autre par le saxophoniste. Pour ma part coup de cœur pour deux compos de Laurent Coq, ce Comte de Rochambeau au lyrisme gracieux et dans une toute autre inspiration , plus hard bop, ce Battle of Brandywine de feu. Où il est question tout au long de l’album d’une épopée racontée par quatre chevaliers élégants et animé par la flamme de leurs convictions valeureuses.

Si les compositions sont magnifiques avec des mouvements très fluides et aériens il fallait pour les servir une belle rythmique. Et dans ce quintet-là il faut aussi donner une mention toute particulière au batteur Damion Reid qui s’y montre réellement exceptionnel.

Jean-Marc Gelin

Partager cet article
Repost0

commentaires