Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juillet 2015 6 11 /07 /juillet /2015 16:57
KURT ELLING AU NICE JAZZ FESTIVAL 2015

Le Maître du jazz vocal officiait le jeudi 9 juillet au Nice Jazz Festival. Sous une chaleur écrasante, et néanmoins vêtu d’un costume, le chanteur a délivré un concert de toute beauté.

Il était accompagné par son guitariste et son contrebassiste attitrés, respectivement John Mclean et Clark Sommers, ainsi que par Bryan Carter à la batterie. Gary Versace était au piano et à l’orgue, remplaçant le talentueux Laurence Hobgood, qui partageait la musique de Kurt depuis plusieurs années.

Alors que son dernier album « Passion World » est loin de refléter l’âme et le génie de Kurt Elling, il est époustouflant sur scène. Arrivant le sourire aux lèvres, il démarre avec « Come Fly With Me » qu’il enregistra en 2012 dans l’album « 1619 Broadway – The Brill Building Project ». Il regarde son public avec amour, l’invitant à le rejoindre dans cette envolée. Rien ne peut le distraire de cette magie, même pas le réglage défectueux de la grosse caisse qui fait des « clacs », ce dont il s’amuse en mimant un golfeur frappant sa balle.

Le magnifique titre « The Waking » paraissant sur l’album « Nightmoves » fera également partie de la playlist. Sur ce morceau, Kurt Elling a transformé le poème de Theodore Roethke pour l’adapter à son phrasé et sa voix. Les texte final et son interprétation sont l’œuvre d’un grand parolier, qu’il est incontestablement puisqu’il a déjà composé ses paroles sur des morceaux de John Coltrane ou de Jaco Pastorius, entre autres (nous avons évidemment en tête la version magistrale et inégalable de « Resolution » de John Coltrane, qui figure sur l’album « Man in the Air »).

Le quintet interprètera également deux grands tubes de Kurt Elling, sous les applaudissements d’un public ému parfois jusqu’aux larmes. Tout d’abord « April in Paris » qu’il démarre avec un scat « percussion », art dans lequel il excelle. Puis le final : « Nature Boy », que Kurt aime bien placer en clôture de ses performances. Dès les premières notes, le Théâtre de Verdure s’enflamme, certains se lèvent, d’autres, comme l’auteure de cet article, sont envahis par une émotion qui les cloue sur leur chaise.

Sous l’ovation du rappel, le quintet tentera « La Vie en Rose », qui fait partie du dernier album. Un essai qui plait bien sûr au public français mais qui froisse un peu l’oreille des jazzophiles, tant l’atmosphère de ce morceau se marie difficilement avec la voix et le style de Kurt Elling, malgré les paroles additionnelles qu’il a écrites pour se l’approprier.

« Du grand Kurt ». Nous dirions même un concert « Kurtissime ».

Yaël Angel

Plus d’informations sur la discographie et l’agenda des concerts de Kurt Elling sur http://kurtelling.com/

Site du Nice Jazz Festival : http://www.nicejazzfestival.fr/

Partager cet article
Repost0

commentaires