Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 août 2015 5 07 /08 /août /2015 08:16
Thibault Gomez Quintet    Grand Prix et Prix du Public     @Claude Dinhut

Thibault Gomez Quintet Grand Prix et Prix du Public @Claude Dinhut

SCHNTZL  Prix de la meilleure composition et Prix du meilleur instrumentiste  @Claude Dinhut

SCHNTZL Prix de la meilleure composition et Prix du meilleur instrumentiste @Claude Dinhut

Avignon Jazz Festival 24ème édition (Suite)

Tremplin Jazz européen (Cloître des Carmes)

www.tremplinjazzavignon.fr

Avignon se démarque résolument dans sa présentation du jazz : en juillet, au cœur du « off » de théâtre, existe la vitrine Têtes de Jazz à l’Ajmi et au tout début août, quand les murs se nettoient de leurs peaux d’affiches, que la ville revient à elle-même, commence le deuxième temps fort de jazz estival dans la cité papale, le tremplin européen qui s’insère dans un vrai festival de jazz. Soit deux soirées très courues et pas seulement parce qu’elles sont gratuites. C’est un cadeau fait au public local, attentif et connaisseur, assidu et passionné qui s’exprime également en votant. Et son choix, le Prix du Public rejoint très souvent celui du jury, le Grand Prix!

Cette année encore, le tremplin se révéla précieux, reflétant la diversité des projets et engagements, permettant l’appréciation de certaines tendances musicales existantes. Le tremplin illustrant la problématique des musiques actuelles et du jazz, doit-on apprendre et continuer à jouer comme le font souvent, nos voisins nordiques dans le respect de la tradition, ou tenter de faire bouger les lignes, quitte à se perdre et à sortir du cadre ? De nombreuses pistes s’ouvrent aux jeunes musiciens aujourd’hui s’ils ont prêts à se lancer... Prises de risque ou productions d’école un peu laborieuse, on entend souvent des musiciens talentueux, en devenir. Ce qui confirme au demeurant la vocation d’un tremplin et justifie son existence.

La première difficulté du tremplin résulte de la présélection, qui peut poser problème. Avec le président du jury - cette année, Nicolas Baillard, ingénieur son des studios de La Buissonne aux côtés de Gérard de Haro- nous nous demandons comment déjouer les mystères, les hasards ou les pièges de cette opération. Pour l’avoir pratiqué, l’exercice est redoutable : marathon d’une journée, écoute en aveugle et trop rapide d’une centaine de groupes avec des séries parfaitement inadaptées ou fort rébarbatives. Au final, ne restent que six groupes européens. Cruel dilemme.

Cette année, le résultat de cette sélection faisait la part belle aux voix avec trois groupes sur six aux commandes desquelles figuraient des chanteurs. En écho à la programmation du festival ? Qui donnait aussi de la voix en débutant par le concert de la chanteuse guadeloupéenne Tricia Evy et en optant pour un final dansant sur le R&B de la rousse Robin McKelle.

Le tremplin et le festival reposent sur un savoir-faire associatif et la générosité des bénévoles. Tous ceux qui sont venus au tremplin confirment que l’accueil chaleureux, simplement familial est l’un des atouts de la manifestation, mettant à l’aise candidats et jurys.

Si certains partenaires changent, le cercle de bénévoles s’agrandit (ils sont 48 à faire tourner la boutique) avec des jeunes stagiaires motivés, sous la houlette du solide Jeff Gaffet. Robert Quaglierini et Jean Michel Ambrosino, toujours sur le pont, assurent efficacement la co-présidence. Un «dronie» devait d’ailleurs immortaliser cette «belle équipe», montée sur scène lors de la soirée de clôture.

3 août: premier soir du Tremplin

  • THE DUET (I) Alberto Bellavia (p), Roberto Rebufello (saxophones, clarinette)
  • SCHNTZL (B) Casper Van de Velde (batterie), Hendrik Lasure (p)
  • RAVEN (F) Manu Domergue ( chant et mellophone), Raphael Illes ( saxophones) Damien Varaillo-Laborie ( contrebasse), Nicolas Grupp( batterie)

Dès la première soirée, il y avait de quoi satisfaire (presque) goûts et esthétiques les plus divers.

The Duet nous tricota un patchwork coloré et joyeux, sur fond de «commedia del arte» avec un élégant florilège de styles : du piano stride au sax qui fait pleurer son blues, quizz de citations de Gershwin, Bernstein... Un exercice de style réussi mais pas assez convaincant pour un concours, sans l’enjeu de véritables compositions originales.

La surprise vint, dès le second duo, Schntzl, de très jeunes musiciens belges (le pianiste a 17 ans et il n’est pas sérieux) au nom imprononçable. Si vous allez sur leur site, vous comprendrez vite à quoi ce nom fait allusion : www.schntzlmusic.wordpress.com . Avec savoir-faire, humilité et humour, le duo fit preuve d’une grande maîtrise du geste, du jeu à tous les sens du terme, construisant avec expression et imagination un programme pertinent. Une excellente accroche et de la délicatesse jusque dans leur version fraîche de l’émouvant «Moon River» d’Henri Mancini.

Le troisième groupe Raven était français, son leader Manu Domergue, chanteur- conteur, installa une atmosphère fantastique de conte, sans citer Poe mais Rimbaud, le« Black Crow » de Joni Mitchell, nous entraînant autour de leur album «Chercheur d’orage »... tout en jouant du mellophone, curieux instrument de fanfare proche du cor d’harmonie. Visant la carte du spectacle plus que celle du concours, leur projet aurait sa place dans le « off » avignonnais intégrant une approche vraiment pluridisciplinaire.

4 août : deuxième soirée :

  • LES COMPTES DE KORSAKOFF (F) Quentin Lavy (batterie), Geoffroy Grangé (basse et chant), Christophe Blond (piano), Diego Fano (sax), André Paco (tb), Guillaume Pluton (tp)
  • Thibault GOMEZ QUINTET (F) Thibault Gomez (p), Robinson Khoury (tb), Pierre Marie Lapprand (saxophones), Etienne Renard (contrebasse), Benoît Joblot (batterie)
  • INEZ QUINTET (D) Inez Schaefer (chant), Christian Pabst (p) , André Nendza ( basse), Matthias Gurth (g), Demian Kappenstein (perc)

Le lendemain entraient en scène trois nouveaux groupes dont un français, au nom étrange et quelque peu hermétique, Les Comptes de Korsakoff. Là encore, un chanteur comédien faisait entendre une histoire parodique entre voix de cartoons, Zappa et même élucubrations à la Nina Hagen.
Des compositions originales, « le projectionniste », « l’heure du loup » avec un solo de trompette, une suite en trois parties allant crescendo, de beaux solos. Mais quelque chose résiste dans leur interprétation.

Le jazz advint enfin avec le Thibault Gomez Quintet : voilà de jeunes instrumentistes très doués qui s’écoutent et s’entendent, une musique subtile aux arrangements légers. Le trio rythmicien tire admirablement son épingle du jeu sans l’aide des solistes excellents, avec une mention particulière pour le tromboniste de vingt ans dont on dit déjà le plus grand bien, Robinson Khoury. Un jazz post bop certes daté mais terriblement attachant et tant pis si ce quintet n’ouvre pas(tout de suite) les nouveaux langages du jazz....Selon la formule consacrée, on oublia très vite qu’il s’agissait d’un tremplin pour écouter un concert. Avec élégance, ils surent séduire le public dans un silence révélateur.

Dernier groupe, Ines quintet celui de la chanteuse allemande Ines Schaefer : une fois encore, autant la forme que le répertoire ne sont pas convaincants pour le tremplin : une charmante jeune fille, style Alice in Wonderland, qui débute en minaudant sur «I’m old fashioned», continue dans le même registre, une pop acidulée trop influencée par Bjork...

Les jeux étant faits, le jury allait longuement délibérer et leur choix se partager assez équitablement entre les deux groupes les plus saisissants, remplissant le contrat du tremplin. Après une discussion des plus animées, le Thibault Gomez Quintet obtint le Grand Prix du Jury (enregistrement et mixage au studio de la Buissonne et première partie d’un concert du festival) mais aussi le Prix du Public. Les deux autres prix allèrent au duo belge : le prix de la meilleure composition au pianiste de Schntzl et celui du meilleur instrumentiste au batteur.

Fin d’une belle édition avec une cuvée de haute tenue, des groupes de qualité, pas toujours originaux mais néanmoins talentueux et prometteurs. Souhaitons à ce Tremplin Jazz sudiste de continuer longtemps cette aventure musicale chaleureuse et non sectaire. Et que cela jazze plus encore pour le rendez vous des vingt-cinq ans, l’an prochain !

Un grand merci pour les photos de Claude Dinhut, l’un des trois infatigables reporters-photographes et membres actifs de l’association.

Sophie Chambon

Partager cet article

Repost 0
Published by Sophie Chambon - dans Compte-rendus de concerts
commenter cet article

commentaires

  • : les dernières nouvelles du jazz
  • les dernières nouvelles du jazz
  • : actualité du jazz, chroniques des sorties du mois, interviews, portraits, livres, dvds, cds... L'essentiel du jazz actuel est sur les DNJ.
  • Contact

Les Dernières Nouvelles du Jazz

Chercher Dans Les Dnj

Recevoir les dnj