Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2015 5 02 /10 /octobre /2015 20:15
Africa Jazz

Africa Jazz

Cristal records/harmonia mundi

www.cristalrecords.com

Avec Cristal records, on a souvent de belles surprises, et les albums des différentes collections reviennent souvent sur les incontournables de l’histoire du jazz. C’est absolument le cas avec Africa Jazz qui explore brillamment les liens entre le Jazz et l’Afrique. Il y aurait tellement à dire et à écouter sur cette thématique. Justement, la valeur de ce double album est de proposer de l’ancien et du nouveau. Dans le premier volume, les jazzmen afro-américains rendent un formidable hommage à leurs racines africaines avec des titres devenus emblématiques « Liberia » de John Coltrane ou « The Cape Verdean Blues » d’Horace Silver. Il serait vraiment difficile de choisir dans ce florilège de compositions absolument indispensables si l’on veut comprendre d’où vient le jazz et peut-être où il va, même aujourd’hui. On peut évidemment faire confiance à Claude Carrière pour avoir concocté une sélection des plus séduisantes, une quintessence sur un seul CD. Du sublime « Fleurette africaine » de Duke Ellington avec Max Roach et Charles Mingus à ses côtés en septembre 1962 à New York à son «Springtime in Africa» qui finit en beauté le premier Cd, il faut tout écouter et tout garder tant cette musique, si belle, exprimant le rayonnement évident du jazz des années cinquante et soixante, avec « la crème de la crème » des musiciens. Ils sont (presque) tous là : pianistes, trompettistes, saxophonistes, batteurs, Dizzy Gillespie, Sonny Rollins, Art Blakey, Cannonball Adderley, Max Roach, Woody Shaw... et donnent à entendre quelques uns des standards éternels, d’une modernité à toute épreuve : «A Night in Tunisia», «Airegin», «Man From South Africa». Avec quelque appréhension, on écoute le deuxième album qui brode sur le même thème, s’exerce sur cette fusion, en donnant de nouvelles compositions plus récentes évidemment, toutes issues du catalogue Cristal ; et là, très vite, on est rassuré, le flambeau est repris et porté très haut avec ces quelques noms qui sortent du lot, le batteur Simon Goubert avec le joueur de kora Ablaye Cissoko dont la musique pourrait illustrer les films de Abderrahmane Sissako, le batteur Bertrand Renaudin avec le regretté saxophoniste et chanteur Momo Wandel Soumah, Philippe Combelle aux clave dans une version très originale et chantée (Mina Agossi) d’ «Afro Blue» de Mongo Santa Maria. De la belle ouvrage et sans nul doute, une transmission réussie, avec cette continuité conceptuelle que l’on retrouve jusque dans les titres des albums qui s’échelonnent de 2004 avec Tribute to the Mother of Groove (Philippe Combelle) à African Jazz Roots en 2012 ( Simon Goubert, Ablaye Cissoko, le regretté J.J Avenel ) en passant par Lekere en 2006 où s’illustre le trompettiste Nicolas Genest avec une fine équipe.
Avec cet Africa Jazz, en un album, vous aurez, tout loisir, plutôt que de foncer tête baissée dans l’actualité pléthorique des sorties musicales, la possibilité de vous ressourcer en regardant dans le rétroviseur et cela ne fait pas de mal.

Sophie CHAMBON

Partager cet article

Repost 0
Published by Sophie Chambon - dans Chroniques CD
commenter cet article

commentaires