Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2015 2 20 /10 /octobre /2015 08:31

Salle presque comble hier pour cette soirée événement autour des 50 de l’AACM (Association for the Advancement of Creative Musicians), le très célèbre mouvement crée en 1965 à Chicago dans la lignée des mouvements protestataires du Black art Movement.

Trois invités emblématiques du mouvement, Henri Threadgill, Roscoe Mitchell et Wadada Leo Smith pour rythmer trois moments de cette soirée.

Autant la formation que dirigeait Henri Threadgill ( bien qu’atypique avec deux saxs alto, un violoncelle, deux pianos et un tuba) semblait un peu engoncée dans de vieux schémas pas vraiment renouvelés et franchement un peu endormie autant en deuxième partie Roscoe Mitchell su mettre très brièvement le feu en duo avec le batteur Mike Reed. 30 mn environ d’un solo quasi ininterrompu et dévalé dans un souffle continu et puissant au soprano, oubliant toute beauté du son pour offrir un discours fleuve radical.

Autre forme de radicalité avec les grands espaces minimalistes du trompettiste Wadada Leo Smith au son d’une ampleur magnifique, transperçant le plafond du théâtre de Châtelet rendu à la nuit rêveuse.

Et pour poursuivre : à lire absolument

« La Nuée – l’AACM : un jeu de société musicale », le livre référence d’Alexandre Pierrepont aux Editions Parenthèses

Partager cet article

Repost 0
Published by Dernières Nouvelles du Jazz
commenter cet article

commentaires