Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 19:24
D'JAZZ NEVERS FESTIVAL : D'ALBERT CAMUS à SUSANNE ABBUEHL

Susanne Abbuehl à Nevers ©Maxim François

_

L'Étranger « Réminiscences », d'après L'Étranger d'Albert Camus

Pierre-Jean Peters (voix, jeu, idée originale), Guillaume Séguron (contrebasse, guitare basse, direction artistique), Adrien Dennefeld (guitare, violoncelle), Jean-Pierre Jullian (batterie, percussions), Pierre Vandewaeter (son, régie générale), Éric Bellevègue (création lumière), Olivier Malrieu (adaptation)

Nevers, Maison de la Culture, 12 novembre 2015, 20h30

Faire dialoguer le texte de Camus (segmenté, en chronologie bouleversée, incarné par un acteur qui endosse tous les personnages) avec une musique qui épouse les contours ou joue le contrepoint : tel est le pari. Gagné, assurément, dans la mesure où ce spectacle, abouti et cohérent, nous remet en mémoire l'extranéité de Meursault, à l'écart du monde, du sentiment convenu, de la sensation univoque, de la valeur avérée et validée par le consensus. Il nous rappelle aussi les figures du conformisme ordinaire, de la frilosité sociale, et de l'acharnement vertueux. La musique puise à de multiples sources, entre jazz contemporain et rock progressif. Et le tout ravive en nous le souvenir d'un émoi de lecture, voire d'un trouble d'identification.

La présence d'un tel spectacle, en première partie d'une soirée de festival de jazz, avant une chanteuse à la voix de nuit profonde, semble des plus naturelles : la musique et le texte cohabitent légitimement dans tous les arts sonores et musicaux. La question qui demeure, pour le spectateur, mais aussi lecteur, que je suis, est celle de l'adaptation comme création. Et j'attends peut-être l'impossible (que n'autoriserait probablement pas les détenteurs des droits de l'œuvre) : un bouleversement, un détournement, une altération profonde, pour l'élaboration d'un autre objet, transgressif, tout uniment musical et littéraire. Je suis sans doute victime de mon caractère exagérément rêveur, qui me fait adhérer à l'horizon d'un autre étranger, celui des Petits poèmes en prose de Baudelaire « J'aime les nuages... les nuages qui passent... là-bas... là-bas... les merveilleux nuages ! »

_

Susanne Abbuehl « Gift »

Susanne Abbuehl (voix), Matthieu Michel (bugle), Wolfert Brederode (piano, harmonium indien), Øyvind Hegg-Lunde (batterie, percussions)

Nevers, Maison de la Culture, 12 novembre 2015, 22h45

Après l'éblouissement du soleil d'Algérie qui inonde le roman de Camus, la seconde partie de soirée nous offrait un chant crépusculaire (crépuscule du soir ou du matin ? Baudelaire encore, il faut choisir !) ; ou plutôt un chant nocturne, comme l'annonce d'entrée de jeu Susanne Abbuehl au public. Le répertoire est majoritairement celui de l'album « The Gift », paru en 2013 chez ECM. Le chant est de confidence, la tonalité intimiste, et chaque membre du groupe joue ce jeu à un niveau superlatif : les incroyables nuances du batteur (nouveau venu dans le groupe, il n'était pas sur le dernier disque) qui compose, à chaque mesure, un paysage sonore de touches ténues, d'injonctions pertinentes et souterraines, avec une richesse de timbres extraordinaire, et une gestuelle qui ferait à elle seule entendre l'indicible. Le pianiste lui aussi place chaque note à l'exact moment, à l'intensité la plus appropriée. Quant au bugle, il se fond littéralement dans la voix, ou lui fait un écho magnifique quand leurs chants alternent. Susanne Abbuehl place sa voix comme on parle à l'oreille, et les lents mouvements de son corps souple épousent chaque inflexion de la musique. C'est fascinant, d'une beauté presque irréelle. En plus de l'album le plus récent, elle va aussi chercher une ou deux chansons dans les précédents (« April », « Compass »), dont une magnifique reprise de Carla Bley (A.I.R. - All India Radio), et une version de 'Round about midnight qui se coule ensuite dans un chant d'orient. Elle nous offre aussi la primeur de ce qui viendra pour un futur disque, avec d'autres poèmes, et d'autres auteurs. Moment intense, inoubliable : si l'on ne craignait pas le cliché, on hasarderait : magique !

Xavier Prévost

Susanne Abbuehl donnera un concert "Jazz sur le vif" le samedi 21 novembre 2015 à la Maison de la Radio

Partager cet article

Repost 0
Published by Xavier Prévost - dans Compte-rendus de concerts
commenter cet article

commentaires