Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2015 2 24 /11 /novembre /2015 17:04
ENRICO PIERANUNZI « Tales From The Unexpected »

Enrico Pieranunzi (piano), Jasper Somsen (contrebasse), André Ceccarelli (batterie)

Gütersloh, 29 août 2015

Intuition INTCHR 71315 / Socadisc

Enregistré tout récemment en Westphalie, le disque est sous-titré « Live at Theater Gütersloh ». C'est un théâtre où la WDR, la radio publique de Cologne, capte des concerts et organise aussi un festival. En collaboration avec la revue allemande Jazz thing, la WDR et la ville de Gütersloh ont conçu la série « European Jazz Legends » ; ces concerts radiodiffusés sont aussi publiés sur CD (celui-ci est le troisème de la série, après des volumes consacrés à Dieter Glawischnig et Jasper Van't Hof). C'est ce qui nous vaut le plaisir d'écouter à nouveau le pianiste en trio, après un précédent disque enregistré en 2011, et publié en 2014 (« Stories », Cam Jazz, avec Scott Colley & Antonio Sanchez). Cette fois Pieranunzi est en compagnie d'un rytmique européenne, en l'occurrence le bassiste néerlandais Jasper Somsen et le batteur niçois André Ceccarelli (batteur niçois car le pianiste, dans l'entretien radiophonique qui constitue la dernière plage du CD, insiste avec humour sur le fait que Nice fut italienne -ou plutôt piémontaise). Pour profiter sans doute de la magie du concert enregistré sur le vif, le trio s'offre en cours de route 4 improvisations (baptisées Improtale, et indexées de 1 à 4). Ces contes improvisés sont plutôt idiomatiques (je veux dire près de l'idiome du jazz moderne et contemporain), ce qui ne les prive nullement de leur liberté, ni de la richesse interactive des échanges. Des compositions anciennes (Fellini's Waltz, The Surprise Answer) ou plus récentes (Anne Blomster Sang, qui figurait sur le disque « Double Circle », avec Federico Casagrande, publié cette année), mais aussi des nouveaux thèmes, comme celui qui donne son titre à l'album. Quel que soit le matériau musical requis, on est à la fois dans le chant, dans l'interaction puissante entre les deux mains du pianiste.... et entre les trois partenaires. Le son du piano est clair, articulé, tout en participant de la sonorité collective du trio. Dans l'entretien conclusif, Pieranunzi insiste sur l'exigence formelle, et narrative, de l'improvisation et du jazz. Et ce disque paraît obéir à ce beau souci : cheminer librement, dans un espace qui se construirait entre son et sens.

Xavier Prévost

Partager cet article

Repost 0
Published by Xavier Prévost - dans Chroniques CD
commenter cet article

commentaires