Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 22:41
ÉRIC LE LANN « Life on Mars »

Éric Le Lann (trompette), Paul Lay (piano), Sylvain Romano (contrebasse), Donald Kontomanou (batterie)

Vannes, avril 2015

Moods MA3729BR01 / L'autre distribution

Quel plaisir de retrouver Éric Le Lann avec un grand disque, et un groupe qui lui sied à merveille ! Le pianiste, Paul Lay, non content d'être l'un des musiciens les plus intéressants de sa génération, est aussi un sideman exceptionnel : il s'implique dans les groupes comme personne, apportant la subtilité de l'accompagnateur, la fièvre créative de l'improvisateur, et une science musicale sans ostentation, mais d'une évidence confondante. Le contrebassiste, Sylvain Romano, est un pilier du jazz de stricte obédience, et il sait faire avancer la musique, mine de rien, sans éclat apparent, mais avec une force irrésistible. Et Donald Kontomanou confirme sa grande classe ; lui aussi sait stimuler, et plus si nécessaire, pour faire vivre cette musique dont la vitalité est le credo. Et sur ce mouvement constant de balancement obstiné, quel que soit le tempo, Éric Le Lann nous foudroie de sa mélancolie. La trompette timbre parfois comme un bugle, avec cette rondeur de toutes les nostalgies. Les thèmes, pour la plupart du trompettiste, ont cette qualité d'être mélodiquement évidents, même quand ils évoluent sur des harmonies sinueuses. Et le pianiste s'en donne à cœur joie quand il faut conduire ces harmonies sur d'autres chemins. Un blues d'anthologie, d'une expressivité intense, précède une Danse profane, empruntée à Debussy (Deux Danses, pour harpe et cordes) et légèrement transposée. Douce mélancolie, toujours. Vient un standard (Everytime We Say Goodbye) de la même veine, et là encore Éric fait merveille dans cette douceur vénéneuse à quoi l'on ne résiste pas. Puis c'est une reprise, alanguie, de la composition qui ouvrait le disque, et l'on va s'abandonner encore à cette nostalgie dévorante, jusqu'à l'instant où la pulsation transporte le thème vers une autre sphère. Une valse jouée naguère en duo avec Michel Graillier (Twins Valse), et qui évoquait les jumelles dont il est le père, nous conduira à la plage conclusive : Life on Mars, de David Bowie. L'ensemble est prenant, délicieusement sombre ; c'est un peu le règne du clair-obscur, où l'ombre fait surgir des luminosités inouïes : grand disque, vraiment. Merci Éric !

Xavier Prévost

Le groupe jouera le jeudi 10 décembre à Paris, au Petit Journal Montparnasse

Partager cet article

Repost 0
Published by Xavier Prévost - dans Chroniques CD
commenter cet article

commentaires

ministere de la rééducation 08/12/2015 08:44

Bonjour aluminium et fluorure de sodium dans l'eau qui cause Alzheimer que seul le silicium organique (Prele des champs )peut nettoyer,mensonges sur nos origines et technologies non polluantes supprimées....banques ruinées qui détiennent journaux radios tv, car actionnaires, politiciens incultes et sataniques maçonniques au  21 ème degré....ouvrez les yeux ou bien dormez et laissez vos proches subir ce qui arrive sans réagir.....fin de cycle de SHEMITAH,et jubilé de double cycle shemitah, vous reste t-il votre âme? Courage citoyens du monde....

 http://laveritenevousplaira.wix.com/laverite

  • : les dernières nouvelles du jazz
  • les dernières nouvelles du jazz
  • : actualité du jazz, chroniques des sorties du mois, interviews, portraits, livres, dvds, cds... L'essentiel du jazz actuel est sur les DNJ.
  • Contact

Les Dernières Nouvelles du Jazz

Chercher Dans Les Dnj

Recevoir les dnj