Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2015 7 20 /12 /décembre /2015 00:54
LE JAZZ DE CABU

Une petite histoire du swing de Louis Armstrong à Miles Davis

BDJAZZ collection de BDMUSIC (directeur Bruno Théol)

Difymusic https://www.difymusic.com/bdmusic

www.bdmusic.fr

On le sait bien, Cabu aimait le jazz, enfin pas vraiment celui que l’on classe dans les musiques actuelles. Un peu comme Jacques Réda, il était tombé amoureux de ce jazz historique, jazz classique, et de cette fabuleuse période swing ; aussi la collection BDJAZZ, en présentant ce florilège de ses portraits de jazzmen, est particulièrement bienvenue de « rendre hommage à cet indéfectible compagnon de swing ». Ce qui se confirme dès la couverture où un jeune batteur à lunettes (Cabu) s’exprime avec allégresse aux balais, sur l’anthème ellingtonienne : “It don’t mean a thing if it’ain’t got that swing”.

Les 2 CDs habituels de la collection présentent sans suivre l’ordre chronologique ni alphabétique, quarante figures emblématiques de l’histoire du jazz, ces maîtres du jazz, du blues, du bop auxquels Cabu avait déjà rendu hommage dans plusieurs collections : si on s’amuse à reclasser dans le temps, cela part de « l’impératrice du blues » Bessie Smith en 1929 avec « Nobody knows you when you’re down and out » à l’année 1954... avec plusieurs pépites « Love me or Leave me » de Billie Holiday, «Round about Midnight» par son créateur en piano solo, «Down by the Sycamore tree» de Stan Getz ou «Solar» de Miles Davis. Un bonus track indiqué comme Cabu ‘s favorite number, version 2 de «It don’t mean a thing... » est interprété en 2014 par Sylvia Howard and the Black Label Swingtet sur des arrangements de Christian Bonnet, le rédac-chef de ce numéro où ont participé les amis Philippe Baudoin, Jean Buzelin, Pierre Carlu, Claude Carrière, Irakli, Daniel Nevers, Alain Tercinet, Fabrice Zammarchi.

Cabu croque avec gourmandise chaque artiste dont le portrait malicieux et toujours très ressemblant illustre une notice qui inclut quelques éléments biographiques tout en analysant avec une juste concision l’intérêt du morceau choisi dans la sélection.

Voilà un numéro particulièrement réussi, bienvenu aujourd’hui, et une merveilleuse façon de se souvenir longtemps, sans nostalgie paralysante de Cabu, disparu tragiquement avec les attentats de Charlie Hebdo en janvier dernier et de ce jazz qu’il aimait tant.

PS : www.jazzradio.fr/news/radio/28220/bd-music-nous-presente-les-meilleurs-dessins-de-cabu-sur-le-jazz

Sophie Chambon

Partager cet article

Repost 0
Published by Sophie Chambon - dans Chroniques CD
commenter cet article

commentaires