Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 18:41
BEN MONDER « Amorphae »

Ben Monder (guitare & guitare baryton), Pete Rende (synthétiseur), Andrew Cyrille (batterie, percussions), Paul Motian (batterie)

New York, Manhattan, octobre 2010 & New York, Brooklyn, décembre 2013

ECM 471 9555 / Universal

Après un long compagnonnage avec le batteur Paul Motian, commencé voici plus de 15 ans sous un autre label (Winter & Winter), et poursuivi ensuite chez ECM, le guitariste Ben Monder a retrouvé le batteur en octobre 2010 pour une session informelle (d'où le titre de l'album ?) en duo. Paul Motian est mort l'année suivante, avant que d'autres sessions aient pu étoffer le CD à venir. Mais le guitariste a prolongé ce projet en le complétant avec la batterie d'Andrew Cyrille, en duo, et aussi pour deux plages en trio avec le synthétiseur de Pete Rende. L'ensemble résonne comme un hommage à Motian, avec des mélodies sinueuses, des intervalles tendus, et des mises en suspens de la phrase pour laisser la sensation et l'émoi s'épanouir. L'essentiel est improvisé, mais on y trouve aussi une relecture très très libre, en duo avec Motian, de Oh, What A Beautiful Morning, composé par Rodgers et Hammerstein pour la comédie musicales Oklahoma !

Motian, comme il savait si bien le faire, bruisse en totale liberté, mais ses accents sont toujours d'une justesse confondante. En solo, Ben Monder évolue dans cet imaginaire de Motian, fait de lenteur, de recueillement, d'espace et de liberté mélodique. Quant au duo avec Andrew Cyrille, et au trio quand les rejoint Pete Rende, il procède de cette même magie, intemporelle et immatérielle en apparence, alors que la réalité physique du son, et l'étirement de l'espace et du temps, sont omniprésents. Pour l'écouter, il suffit de choisir un moment de calme et de disponibilité, et de s'immerger, sans réserve. La beauté est à ce prix.

Xavier Prévost

Partager cet article
Repost0

commentaires