Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 23:13
Rainy Days On The Common Land

Rainy Days On The Common Land
Trio ¾ Peace
Ben Sluijs (sax, flute); Christian Mendoza (piano);
Brice Soniano (contrebasse)

www.elnegocitorecords.com
www.three-for-peace.com
https://www.youtube.com/watch?v=BlDjEi065UQ


Outre-quiévrain, le saxophoniste et flûtiste Ben Sluijs n’est plus à présenter : il a multiplié les participations dans des groupes aussi forts qu’Octurn ou le Brussels Jazz Orchestra, capable de suivre élégamment la tradition du jazz, de décliner le folk nordique, mais aussi de jouer dans le champ du free jazz ou du contemporain avec Erik Vermeulen dans ce superbe album Parity (chroniqué aux DNJ). Qu’en est-il en France ? Ecoute-t-on vraiment nos amis si proches?
Voilà le deuxième enregistrement du saxophoniste avec le trio ¾ Peace, constitué du pianiste belgo-péruvien Christian Mendoza et du contrebassiste français Brice Soniano, sorti sur le label Elnegocito. Intime, voire intimiste, tendrement mélancolique, le lyrisme est la carte maîtresse de ces musiciens qui s’y entendent pour nous faire partager leurs émotions, dans une retenue qui jamais ne s’abandonne au désespoir ou à la plainte trop appuyée. « Poétique sans être sentimental » pourrait être leur devise. L’axe conducteur de leur travail, comme le suggère le saxophoniste dans une interview au festival de Gand, est d’arriver à se perdre en jouant, à s’oublier dans l’échange avec les autres, tout en se nourrissant de l’énergie que peut renvoyer le public.
« Still »,le morceau qui ouvre cet album, porte bien son nom, car tout en reflétant une grande douceur, fait remonter à la surface les émotions et atteint le coeur. Et l’on se dit que l’on ira jusqu’au bout de l’album, jusqu’à la dernière composition aussi subtile que caressante, une merveilleuse ballade «Cycling». Il ne s’agit pas pour autant de déréliction à la manière romantique : dans « Constructive Criticism», les instruments mènent la danse, mêlent adroitement leurs timbres avec une énergie communicative : flûte en intro, puis sax, contrebasse palpitante, piano chantant. L’emprunt au premier concerto pour violon de Bartok, où Brice Soniano joue à l’archet, ne dépare pas avec les autres compositions, majoritairement de Ben Sluijs, s’intègre même parfaitement dans le « mood » de l’album. Rien de lancinant dans l’enchaînement des titres qui, délicatement, nous plongent, de climats intenses en moments de méditation ou de rêves éveillés. Ce qui confirme la palette étendue de ces musiciens, coloristes indéniables, se jouant habilement de ce qui les touche : le trio a entièrement maîtrisé la «fabrique» de cet album, incorporant les musiques aimées : Messiaen, Satie, l’impressionnisme, le jazz, la musique de chambre....
Et le titre ? Il restera longtemps en vous, de même que le graphisme sobre de la pochette, dégageant une spiritualité réfléchie tout en annonçant un envol irrésistible.
Sophie Chambon

Partager cet article

Repost 0
Published by Sophie Chambon - dans Chroniques CD
commenter cet article

commentaires

  • : les dernières nouvelles du jazz
  • les dernières nouvelles du jazz
  • : actualité du jazz, chroniques des sorties du mois, interviews, portraits, livres, dvds, cds... L'essentiel du jazz actuel est sur les DNJ.
  • Contact

Les Dernières Nouvelles du Jazz

Chercher Dans Les Dnj

Recevoir les dnj