Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2016 2 16 /02 /février /2016 18:16
SARAH MURCIA « Never Mind the Future »

Sarah Murcia (contrebasse, voix, synthétiseur analogique, arrangements), MarkTompkins (voix), Franck Vaillant (batterie), Olivier Py (saxophones ténor et soprano), Benoït Delbecq (piano), Gilles Coronado (guitare)

Villetaneuse, mai 2015

Ayler Records AYLCD-149 / www.ayler.com

Lorsque j'ai entendu ce groupe (le trio Caroline, augmenté d'invités pour cette occurrence), au festival Sons d'hiver 2015, j'étais resté sur ma faim, et pour tout dire perplexe. Le disque qui survient balaie cette relative déception initiale. Il faut du culot (et même une part d'inconscience) pour concevoir un tel projet : reprendre tous les titres du premier album des Sex Pistols, « Never Mind the Bollocks » (en ajoutant My Way , emprunté à l'album « The Great Rock'n'Roll Swindle »), pour les passer à la moulinette de la créativité musicale. Et il m'a fallu me remettre les Sex Pistols dans les oreilles car, en 1977, j'écoutais plutôt Martial Solal (« Nothing but piano »), Miles Davis (« Bitches Brew », déjà un classique , ou « Agartha », plus récent), Ornette Coleman « Dancing in your head »), Sam Rivers, Le Globe Unity, le Workshop de Lyon, Soft Machine, ou dans un autre registre Patti Smith ou The Stooges.... Le disque commence avec No Feelings, dans une version qui subvertit la violence originelle en « soleil noir de la mélancolie ». Le titre suivant, God Save the Queen, ne perd rien de son impact initial, mais dans une production vraiment plus soignée. Et au fil du disque, on s'aperçoit que la rusticité revendiquée de la musique punk est sublimée en un univers musical d'abstraction et d'étrangeté, qui évoquerait plutôt John Greaves, Carla Bley, Peter Blegvad ou Lou Reed. Un envol de piano free ici, une escapade de saxophone là, ailleurs une guitare délibérément excessive ; et puis un solo de contrebasse d'une grande sensualité, des voix qui, par une sorte de futurisme désincarné, redonnent son poids au texte : tout cela contribue à dessiner un nouvel objet, pertinent dans sa référence comme dans son désir d'autonomie à l'égard de sa source. Et le thème conclusif, My Way, donné en version instrumentale sans la rage parodique des Sex Pistols, mais avec ce qu'il faut d'emphase pour risquer un brin d'ironie, donne tout son sens à ce projet insolite, un peu fou, et abouti dans cette folie même.

Xavier Prévost

Le groupe jouera le mercredi 17 février à 20h à Paris, à la Maison de la poésie.

Le groupe dans God Save the Queen au festival Sons d'hiver 2015

https://vimeo.com/120672477

Partager cet article

Repost 0
Published by Xavier Prévost - dans Chroniques CD
commenter cet article

commentaires

  • : les dernières nouvelles du jazz
  • les dernières nouvelles du jazz
  • : actualité du jazz, chroniques des sorties du mois, interviews, portraits, livres, dvds, cds... L'essentiel du jazz actuel est sur les DNJ.
  • Contact

Les Dernières Nouvelles du Jazz

Chercher Dans Les Dnj

Recevoir les dnj