Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2016 4 18 /02 /février /2016 19:20
West Coast Jazz

Alain Tercinet. 384 pages. 18 euros. Collection Eupalinos. Ed. Parenthèses.

Ce n’est pas qu’une réédition d’un ouvrage de référence publié voici 30 ans. West Coast Jazz, signé d’un des plus fins connaisseurs du jazz, Alain Tercinet, s’est enrichi. L’auteur a ainsi retravaillé les rapports du jazz et du classique, apporté une opinion plus favorable sur Stan Kenton, insisté sur le rôle de Shelly Manne et évalué les relations entre West Coast Jazz et Bossa Nova. Cette remise en forme s’est également traduite par une actualisation en analysant l’effacement de la West Coast dans les années 60-70 et son retour sur les scènes dans les années 90 d’anciens glorieux comme Bud Shank, Zoot Sims, Jimmy Giuffre, Chico Hamilton ( période traitée dans un chapitre justement dénommé « A l’ouest du nouveau »).

« Le plaisir que nous donnent toujours, il faut l’avouer, les disques qui furent gravés à Hollywood, Los Angeles ou San Francisco dans les années mille neuf cent cinquante a constitué le ressort de ce livre », précise (confesse ?) dans sa préface, Alain Tercinet, auteur de nombreuses anthologies et également chez le même éditeur de « Parker’s Mood ».

Depuis la première édition de 1986, analyse Alain Tercinet, la vision que l’on avait du Jazzz West Coast a évolué. Force est de remarquer que dans le grand public, le jazz distillé en Californie à cette époque post seconde guerre mondiale était considéré comme une simple réponse, cool, au be-bop ardent proposé à New York. Une écoute attentive de la production généreuse de ces années 50, révèle que les jazzmen de la Côte Ouest partageaient « ce goût de l’étude et le désir de civiliser le jazz ». Dans des registres souvent différents-petites ou grandes formations, musique de films, compositions tendant vers la « grande »musique (celle de Bach mais aussi de Bartok ou Milhaud…) ils exprimaient une certaine forme de décontraction, un goût de l’esthétisme, une retenue, de la joliesse. Plus qu’une forme de décontraction, un art de vivre et de penser le jazz, source de bonheur et d’épanouissement. Une somme (près de 400 pages) à fortement conseiller, où la rigueur des informations ne nuit pas à la qualité du style et donc au plaisir de la lecture.

Jean-Louis Lemarchand

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-louis Lemarchand - dans Livres - BD
commenter cet article

commentaires

  • : les dernières nouvelles du jazz
  • les dernières nouvelles du jazz
  • : actualité du jazz, chroniques des sorties du mois, interviews, portraits, livres, dvds, cds... L'essentiel du jazz actuel est sur les DNJ.
  • Contact

Les Dernières Nouvelles du Jazz

Chercher Dans Les Dnj

Recevoir les dnj