Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2016 3 23 /03 /mars /2016 16:11
CLAUDE BARTHÉLEMY « Roxinelle »

Claude Barthélemy (guitare, oud), Antonin Rayon (orgue), Philippe Gleizes (batterie), + Sylvaine Hélary (flûte, flûte alto) sur une plage

Paris, décembre 2015

Le Maxiphone Collectif / Absilones Tecnologies & Socadisc

À l'origine, toute récente, le trio s'appelait « Ghetto Report », puis c'est devenu «Roxinelle» parce que « ça rock, ça raille, ça fly, c'est rugissant et doux à la fois ». En fait c'est une espèce de power trio, mais avec parfois la douce nostalgie du oud. Pas un power trio avec guitare basse, plutôt le genre « Lifetime », qui associait naguère (et presque jadis....), Tony Williams, Larry Young et John McLaughlin : donc un trio avec orgue Hammond B3. Le choix n'est pas innocent : outre qu'Antonin Rayon est l'un des claviers les plus créatifs de la nouvelle génération (dans les groupes de Marc Ducret, Dominique Pifarély, Alexandra Grimal....), c'est aussi une forte personnalité, susceptible de tenir la dragée haute, musicalement et sur le plan des décibels, au guitariste. Et le batteur Philippe Gleizes est de la même trempe : admirable maîtrise et intrépidité foncière. Bref Monsieur Clôd a des partenaires de haut vol. Le oud, c'était le point de départ de l'aventure : Claude voulait sur cet instrument faire un disque en solo, en adjoignant des bruits du monde (sons « teknorganiques », captés parfois au bout du monde, et traités électroniquement). Et le trio est venu ensuite, par la vertu des rencontres et du désir de faire groupe. Et ça commence effectivement par le oud seul, dans une réverbération de palais des mille et une nuits, pour déboucher dès le début de la deuxième plage sur un son très rock, où la basse vrombissante sort des entrailles du B3 et de ses roues phoniques. Après ce nouveau thème, et son break en forme de solo de oud avec soubassement électro-acoustique, vient une compo plus ancienne (Eric Watson, qui figurait sur le disque « Lieder », en 2011), plein jazz succède à plein gaz, « à l'horizon l'orgue se hisse », et Antonin Rayon nous démontre qu'en jazz l'orgue a encore quelques beaux sentiers à défricher. Une bouffée de mélancolie atonale suivra, puis encore les bruits du mondes, confrontés cette fois à la guitare électrique, à la batterie et à l'orgue, avec le renfort de flûtes oniriques signées Sylvaine Hélary. Le oud revient, désormais en trio, titillé par une guitare en rerecording. En pénultième, voici une compo du bon vieux temps, enregistrée un première fois en 1993 dans ce même studio Piccolo, pour l'album « Solide » : La Nomenklatura. On est en plein jazz, comme au début des années 70 avec René Thomas, Eddy Louiss et Kenny Clarke, mais avec pas de côté et bouffées d'ailleurs.... Et le disque se conclut sur un mélange oud / électro-acoustique, par une sorte de manifeste pour un temps présent : Monsieur Clôd n'en finira jamais de nous étonner, et de nous ravir !

Xavier Prévost

Le groupe jouera le samedi 26 mars 2016 à 20h, au Triton, près de la Mairie des Lilas ; et au Comptoir de Fontenay-sous-Bois le 15 avril

Extrait sur Youtube

Pendant l'enregistrement, au studio Piccolo, le 22 décembre 2015

Pendant l'enregistrement, au studio Piccolo, le 22 décembre 2015

Partager cet article

Repost 0
Published by Xavier Prévost - dans Chroniques CD
commenter cet article

commentaires