Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2016 1 04 /04 /avril /2016 21:28
Music is my mistress, Mémoires inédits


Duke Ellington. Préface Claude Carrière.
590 pages, 25 €. Editions Slatkine & Cie
Traduit par Clément Boqué, Françoise Jackson avec Christian Bonnet, président de la Maison du Duke

Elle était attendue par les lecteurs français depuis plus de 40 ans. La biographie de Duke Ellington, écrite par le maître lui-même, Music is my mistress, publié en 1973, un an avant le décès d’Edward Kennedy Ellington, sort ce printemps. La version française a connu des tribulations qui ont été surmontées par quelques gardiens de la flamme ellingtonienne dont la Maison du Duke. Le pavé de près de 600 pages offre l’avantage par rapport à l’original de disposer de notes de bas de page très documentées et d’un index favorisant la lecture.
L’aspect brut de décoffrage de ces mémoires a été conservé, ce qui est à saluer même si l’on peut passer sur certains passages tels que les remerciements du Duke à tous les hôtes des réceptions données dans les ambassades US tout au long de ses tournées. La structure du livre, ou plutôt l’absence de structure classique, déroutera les amateurs de biographies léchées et reconstituées par thèmes. Claude Carrière, « ellingtologue » respecté, l’explique dans sa préface : Duke notait ses idées sur tout papier blanc disponible et confiait ses courtes pièces à un ami journaliste Stanley Dance qui déchiffrait et retranscrivait.
Music is my mistress se présente donc sous la forme de réflexions générales sur la musique, de souvenirs familiaux, d’opinions sur ses musiciens, d’impressions de voyages…même si Duke avoue ne pas avoir l’âme d’un touriste. C’est savoureux, détaillé, sensible. Avec ce carnet écrit à la première personne, chacun peut faire plus ample connaissance avec cet infatigable compositeur et chef d’orchestre qui donna quelque vingt mille concerts tout au long de sa carrière et un homme passionné de la vie, admirant sa mère, Daisy (« la personne la plus sensible et gentille que j’ai connue »), et la musique (« ma maîtresse, je vis avec elle » ).
Jean-Louis Lemarchand

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-louis Lemarchand - dans Livres - BD
commenter cet article

commentaires