Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 10:36
Christophe Panzani : «  Les âmes perdues - Piano duets»


Jazz & People 2016
Duos de piano avec Leonardo Montana, Guillaume Poncelet, Dan Tepfer, Edouard Ferlet, Yonathan Avishai, Laïa Genc, Tony Paeleman


Jamais pris en défaut depuis son lancement, quant à son exigence de qualité, le label de Vincent Bessieres, Jazz and People frappe à nouveau un coup superbe dans le paysage jazzistique avec la parution de cette nouvelle petite pépite, « Les âmes Perdues ».
Le saxophoniste Christophe Panzani membre à part entière de la formation de Carla Bley (excusez du peu !) s’était notamment fait remarquer en France avec la publication de « The Drop » une formation en trio qui l’associait à Frederico Casagrande (g) et Gauthier Garrigue (dms).
Aujourd’hui c’est un album tourné autour de 7 duos avec autant de pianistes qu’il nous propose. 7 thèmes pour 7 jeunes maîtres du piano jazz aux influences diverses. 7 duos pour 7 pièces où l’intimité du dialogue le dispute à la complicité subtile émergeant entre les claviers et les envolées du ténor. 7 pièces qui laissent l’empreinte d’une musique incroyablement inspiré. Jazz de chambre où l’écoute et le partage entre les musiciens forme le liant entre l’écriture et l’improvisation.
Panzani côtoie 7 pianistes qui chacun sont porteurs d'une identité propre et s'expriment dans un style différent d’accompagnement. Et pourtant, alors que l’on aurait pu craindre un patchwork sans fil conducteur, l’album s’entend comme un tout. On pourrait même croire, si l’on ne le savait pas, qu’il s’agit du même pianiste à chaque plage.
C’est qu’en fait s’il est des albums « habités », celui-là en fait assurément partie et cela tient en grande partie à ce supplément d’âme que le Saxophoniste parvient à insuffler tout au long de ces 7 pièces. Son expressivité est portée par une rare poétique et son sens de l’improvisation tout en maîtrise de la phrase et du son est prodigieuse. Chaque morceau succède à un autre avec une réelle exigence dans le propos.
C’est un dé fil de moments de grâce absolue. On pourrait bien sûr tous les citer comme ce duo avec la pianiste allemande Laïa Genc ( Die Grünen Bohnen), en clair-obscur et sur lequel Christophe Panzai apporte une intensité que seule les très grands saxophonistes savent
maîtriser. Aussitôt surgissent en mémoire quelques grands duos piano/sax qui ont marqué l’histoire du jazz. On remarquera aussi la magnifique entente avec Guillaume Poncelet sur cette belle composition « Traduire Eschyle";, composition poignante où Panzani insuffle une dimension prenante ou encore ce thème partagé avec le pianiste brésilien Leonardo Montana (Endless war) d’une très rare intensité, à la progression est aussi admirable que subtile.

Il est effectivement des albums qui se perdent et se trouvent à la fois. Se perdent dans de magnifiques méandres poétiques. Divaguent. Déambulent. Rêvent.
Et se trouvent. Trouvent l’alchimie. Trouvent la pierre philosophale. L’alliance sacrée, celle qui permet aux musiciens qui se sont trouvés, de voler au delà des sommets. Cette musique qui leur donnent des ailes. Et nous embarque avec.
Jean-Marc Gelin

Ps : une mention spéciale pour cette très belle pochette signée Ludovic Debeurne

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Gelin - dans Chroniques CD
commenter cet article

commentaires

  • : les dernières nouvelles du jazz
  • les dernières nouvelles du jazz
  • : actualité du jazz, chroniques des sorties du mois, interviews, portraits, livres, dvds, cds... L'essentiel du jazz actuel est sur les DNJ.
  • Contact

Les Dernières Nouvelles du Jazz

Chercher Dans Les Dnj

Recevoir les dnj