Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2016 6 16 /07 /juillet /2016 16:00
CHRISTOPHER ZUAR ORCHESTRA « Musings »

Dave Pietro (saxophones alto & soprano, flûtes), Ben Kono (saxophones alto & soprano, flûte, hautbois, clarinette), Jason Rigby (saxophones ténor & soprano, flûte, clarinette), Lucas Pino (saxophone ténor, clarinette), Brian Landrus (saxophone baryton, clarinette basse), Tony Kadleck, Jon Owens, Mat Jodrell, Matt Hollman (trompettes & bugles), Tim Albright, Matt McDonald, Alan Ferber (trombones), Max Siegel (trombone basse), Pete McCann (guitares), Franck Carlberg (piano, piano électrique), John Hébert (contrebasse & guitare basse), Max Ferber (batterie), Rogiero Boccato (percussions), Jo Lawry (voix), Christopher Zuar (composition, arrangements, direction).

Brooklyn, New York, 4-5 septembre 2014

Sunnyside SSC 1434 / Naïve

Cet ancien trompettiste, qui a choisi la composition et l'orchestration, a été bien formé (New England Conservatory de Boston, Manhattan School of Music de New York) par des Maîtres avérés de l'arrangement de jazz (Bob Brookmeyer, Jim Mc Neely, et le pianiste qui l'accompagne dans cet orchestre, Franck Carlberg, très réputé lui aussi). En publiant le premier disque de son grand orchestre le jour de son 29ème anniversaire, en avril dernier, il signe assurément l'avènement d'un nouveau (grand) talent. Il déploie une science étonnante des couleurs, un grand savoir-faire dans les alliages de timbres, un indiscutable goût pour les surprises qui font surgir l'inouï là où l'on croyait deviner le fil conducteur. Sa maîtrise se préserve du défaut que connaissent parfois les grandes compétences, qui débouchent si l'on n'y prend garde sur le convenu. Rien de tout cela ici. Les thèmes sont longuement développés, métamorphosés, recomposés. Au fil des plages on pense à Gil Evans, Thad Jones-Mel Lewis, ou plus près de nous Maria Schneider. Mais ces analogies n'épuisent pas la réalité de ce que nous écoutons, qui va au-delà de ces souvenirs d'amateur. La première plage, assez classique en apparence, dévoile progressivement ses atouts d'orchestration, avec de courtes relances de solistes pour baliser l'itinéraire. Ensuite une bien nommée Chaconne emprunte plus à l'esprit romantique qu'à la danse baroque, nous entraînant loin de sa source. Dans Vulnerable States le dialogue entre la voix limpide de la chanteuse Jo Lawry et la masse de l'orchestre dévoile des trésors d'expressivité. Les méandres de So Close, Yes So Far Away, nous entraîne d'incertitude en suspens, nous rappelant que la bonne musique se doit de n'être pas prévisible. Les solistes sont de haut vol, dans cet orchestre où de nouveaux talents côtoient des musiciens rompus au métier et aux meilleurs big bands (Alan Ferber, Jon Owens, Tony Adleck....). La seule présence de John Hébert à la basse nous indique que l'on est dans un univers où l'exigence musicale ne se marchande pas. Bref ce compositeur, cet orchestre et ce disque sont à découvrir d'urgence !

Xavier Prévost

Partager cet article

Repost 0
Published by Xavier Prévost - dans Chroniques CD
commenter cet article

commentaires

  • : les dernières nouvelles du jazz
  • les dernières nouvelles du jazz
  • : actualité du jazz, chroniques des sorties du mois, interviews, portraits, livres, dvds, cds... L'essentiel du jazz actuel est sur les DNJ.
  • Contact

Les Dernières Nouvelles du Jazz

Chercher Dans Les Dnj

Recevoir les dnj