Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2016 7 02 /10 /octobre /2016 22:13
LAURENT COURTHALIAC + 7 : «  All my life, a tribute to Woody Allen »

LAURENT COURTHALIAC + 7 : « All my life, a tribute to Woody Allen »
Laurent Courthaliac (p, arrgts), Bastien Ballaz (tb), Dimitry Baevsky (as), David Sauzay (ts), Xavier Richardeau (bs), Clovis Nicolas (cb), Pete Van Nostrand (dms)
Jazz & People 2016


Voilà un petit bonbon à mettre dans votre assiette. Déjà, rien qu’avec l’appel du pied ( l’hommage à Woody Allen) vous savez que vous allez traîner vos oreilles du côté de Broadway et de ses compositeurs mythiques en flânant en passage dans les rues de Manhattan par un soir de line printanière.
Pour cette occasion le pianiste Laurent Courthaliac a réuni une superbe formation qui, bien qu’il ne s’agisse que d’un octet sonne néanmoins comme un vrai big band et semble se faire un plaisir immense à jouer sur des arrangements classieux un musique à faire gémir de plaisir les amateurs de jazz qui reconnaîtrons bien sûr tout ces standards joués dans une pure veine mainstream ( But not for me, Embaceable you, Strike up the band , Just you just me etc….).
C’est si soyeux et si caressant qu’on imagine ce seven stars dans des smoking, noeud pap’ autour du cou façon grand orchestre. Embraceable you a des airs de Count Basie alors que Just you just me sonne comme chez Stan Kenton.
Dans cet hommage à Woddy Allen on reconnaît certains thèmes qui émaillent les films du réalisateur ( « Ev’ryone says I love you ») et d’autres qui bien sûr manquent à l’appel comme ce merveilleux I’m thru with love que personnellement j’aurai aimé retrouver ici (<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/mSCKujA-D84" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>).

C’est du pur plaisir de bout en bout. C’est un truc à le passer en boucle toute la journée parce que ça joue terrible, parce que c’est classe et parce que c’est léger, parce qu’il porte avec lui toutes les bandes sons de cet univers de Woody Allen qui, au travers des rues de New-York, en passant devant les théâtres de Broadway ou sur les rives de Manhattan donne à ce jazz- là son caractère intemporel.
Yeah man !
Jean-Marc Gelin

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Gelin - dans Chroniques CD
commenter cet article

commentaires