Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2016 3 21 /12 /décembre /2016 08:14


Stan Getz (saxophone ténor), Jimmy Rowles (piano, vocal), Buster Williams (basse), Elvin Jones(batterie) et en invités (pour un titre), Jon, Judy et Michele Hendricks et Beverly Getz (vocal).
New York, octobre 1975. Columbia-Sony. Collection Jazzconnoisseur
Voici un grand moment de fraîcheur, symbole de l’atmosphère californienne, même si l’album a été enregistré sur la Côte Est. Sorti initialement en 1977, le disque retrouve les bacs sous un autre format (le cd) mais sous sa présentation originale (design de pochette et texte), ainsi que le veut le principe de cette collection destinée à redonner vie à des chefs d’œuvre des temps passés (une deuxième vague de 25 références vient de paraître). La vraie vedette en est Jimmy Rowles (1918-1996), connu pour ses qualités d’accompagnateur (Billie Holiday, Sarah Vaughan, Carmen McRae…), et auteur d’une pièce maîtresse, The Peacocks, ici présentée avec quelques pépites (Body and Soul, Skylark, Lester Left Town).  Stan Getz se montre toujours aérien et Elvin Jones témoigne d’une délicatesse aux balais qui en dit long sur l’étendue de sa palette sonore. Une autre surprise vient de cette version de The Chess Players, composition de Wayne Shorter, distillée par un quatuor vocal formé de la famille Hendricks (on retrouve Jon au sein du trio LHR dans un autre album de la dite collection, enregistré en 1959 à New York avec le trio d’Ike Isaacs et Harry Edison) et d’une fille de Stan Getz, Beverly.  Dernier argument, le prix, moins de 5 euros, le tarif d’un demi et là, dans le cas de cet album, on peut dire que ce n’est pas de la petite bière !
 Jean-Louis Lemarchand

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Louis Lemarchand - dans Chroniques CD
commenter cet article

commentaires