Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 janvier 2017 3 11 /01 /janvier /2017 17:06

Darius Jones (saxophone alto), Aruan Ortiz (piano), Mark Helias (contrebasse), Nasheet Waits (batterie).

Solignac, 2014

Laborie Jazz LJ 33 / Socadisc

 

Le disque avait quelque peu échappé aux radars à sa sortie, en novembre dernier, et c'est pourtant une parution que l'on osera qualifier de majeure. Le batteur, outre des collaborations remarquables avec Andrew Hill, Fred Hersch, Jason Moran, Avishai Cohen et une foule d'autres musicien(ne)s de premier plan, s'est donné voici près d'une dizaine d'années les moyens de ce groupe, Equality, alors avec Logan Richardson, Jason Moran et Tarus Mateen (« Alive at MPI », Fresh Sound, 2008). Sa composition a évolué jusqu'à ce disque, avec des collaborations transitoires (Stanley Cowell, et plus récemment le jeune pianiste cubain Abel Marcel Calderon Arias l'été dernier au Paris Jazz Festival). On est frappé d'emblée par l'audace et l'assurance du projet esthétique : embrasser largement les territoires du jazz contemporain, avec les libertés que confèrent l'élaboration des formes, l'étendue des modes de jeu et d'expression, et le goût de pousser chaque fois plus loin les limites que l'on croyait s'être fixées. Le saxophoniste Darius Jones pousse loin l'aventure expressive, usant de ce que j'oserai encore appeler de fortes inflexions micro-tonales, magré les railleries des tenants sourcilleux de l'absolue justesse : l'expressivité est à ce prix.... On note une grande originalité du répertoire, signé par le batteur, mais aussi par Mark Helias, et complété par quelques grands auteurs (Sam Rivers, Andrew Hill), avec en prime une version décoiffante, et totalement renouvelée, de l'inoxydable Koko de Charlie Parker. Les développements sont d'une richesse et d'une liberté incroyables (entendre, dans la deuxième plage et sous le solo de piano, l'étonnant dialogue de rythmes et de timbres du bassiste et du batteur). Un disque à prescrire, en écoute quotidienne, à tous les blasés qui désespèrent d'un jazz encore possible !

Xavier Prévost

 

Le groupe jouera le vendredi 13 janvier 2017, à 20h30, à l'Espace André Malraux du Kremlin-Bicêtre, en ouverture du festival Sons d'Hiver.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Xavier Prévst - dans Chroniques CD
commenter cet article

commentaires