Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2017 7 19 /02 /février /2017 10:21

@christopheDrukkerL’entretien téléphonique avait été calé à 19 h, heure de Paris. Le premier coup venait à peine de sonner au clocher de l’église voisine qu’arrivait l’appel de Grégoire Maret. De New York où il réside depuis près de deux décennies, l’harmoniciste n’a pas perdu le sens de la ponctualité de sa Suisse natale. Le goût de la mécanique de précision non plus. Il lui en a fallu pour dompter un instrument minuscule (en poids) mais majuscule (en émotion). « Pendant des

@christophe Drukker

 

années, j’ai travaillé huit heures par jour. C’est un instrument très dur à jouer rythmiquement. Trouver une technique personnelle m’a demandé un travail titanesque ».
Tout naturellement, le diplômé du conservatoire supérieur de musique de Genève et de la New School University of New York cite parmi les interprètes qui l’ont influencé Stevie Wonder et –peut-être plus encore- Toots Thielemans, tout récemment disparu. Mais il a su faire entendre sa propre voix, exprimant tout le lyrisme dont est capable l’harmonica chromatique. On l’a entendu dix ans durant dans le groupe de Cassandra Wilson mais aussi auprès de Dianne Reeves, Steve Coleman, Ravi Coltrane, Jeff « Tain »Watts, Terri Lyne Carrington, Herbie Hancock.  
Le sideman d’excellence a pris la musique à son compte en composant des titres qui constituent l’ossature de ce deuxième album « Wanted » sous sa direction. Un disque éclectique  et plaisant qui offre quelques morceaux bien estampillés jazz (comme Blue in Green de Bill Evans-Miles Davis avec Chris Potter à la clarinette basse ou le cultissime Footprints de Wayne Shorter) et permet de saluer une dernière fois un de ses chanteurs préférés, le sensible Jimmy Scott (qui disparaîtra quelques semaines plus tard).
Né d’un père suisse de Genève et d’une mère afro-américaine de Harlem, Grégoire Maret entend inscrire son œuvre artistique dans le contexte politique actuel des Etats-Unis. Après « Wanted » consacré à la situation raciale, le compositeur travaille actuellement à deux autres albums devant finalement constituer un tryptique : prévu pour cette année, le premier sera consacré au système carcéral américain (« une forme moderne de l’esclavagisme avec le régime de travaux forcés appliqué en contradiction avec le 13ème amendement de la Constitution ») ; le deuxième traitera plus généralement de la liberté à travers le prisme du jazz, du gospel (Grégoire tourne actuellement avec un groupe de gospel) et de la musique au sens le plus large.  
Jean-Louis Lemarchand

Grégoire  Maret. Wanted. Grégoire Maret (harmonica), Gerald Clayton (piano, Fender Rhodes) James Genus (basse), Terri Lyne Carrington (batterie) et en invités notamment Chris Potter (clarinette basse), Dianne Reeves, Luciana Souza, Frank Mc Comb, Mark Kibble, Jimmy Scott, Kokayi, Ivan Lins (vocal), Mino Cinelu (percussions). Sunnyside (2016).

@christophe Drukker

@christophe Drukker

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Louis Lemarchand - dans Interviews
commenter cet article

commentaires

  • : les dernières nouvelles du jazz
  • les dernières nouvelles du jazz
  • : actualité du jazz, chroniques des sorties du mois, interviews, portraits, livres, dvds, cds... L'essentiel du jazz actuel est sur les DNJ.
  • Contact

Les Dernières Nouvelles du Jazz

Chercher Dans Les Dnj

Recevoir les dnj