Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 16:51

Günter Baby Sommer (batterie, percussions, voix), Gianluigi Trovesi (saxophone alto, clarinette alto), Manfred Schoof (tromette, bugle), Antonio Borghini (contrebasse)

Gütersloh, 31 octobre 2016

Intuition INTCHR 71321 / Socadisc

 

Avec ce disque sous-titré 'Live at Theater Gütersloh', c'est la suite de cette collection intitulée European Jazz Legends (ici le volume 9), suscitée par la revue JazzThing avec la complicité de la radio de Cologne (WDR : Westdeutscher Rundfunk). Après Enrico Pieranunzi, Michel Portal, Henri Texier, Miroslav Vitous et quelques autres, c'est cette fois le débonnaire (et espiègle) batteur de Dresde qui est honoré par cet hommage radio-phonograhique. Depuis les années 70, ce percussionniste endiablé dynamite la scène libertaire européenne, et finalement ces dernières années les occasions de l'écouter, sur scène comme sur disque, ne furent pas légion (mais il était en mai dernier à l'Europa festival du Mans eu duo avec Michel Godard, petit écho sur les DNJ en suivant ce lien). Le groupe évoque le format, et l'esprit, de ceux de Don Cherry et Ornette Coleman (est-ce un hasard si la première plage s'intitule Like Don ?). On est ici entre des mélopées qui résonnent comme des hymnes, des éclats transgressifs, des thèmes segmentés à souhait, et un lyrisme de tous les instants. Les partenaires de Günter Sommer sont comme lui issu de ce monde épris de liberté qui sait aussi les exigences de la rigueur musicale. Le groupe, qui existe depuis plus de 30 ans, avait à l'origine pour bassiste Barre Phillips. C'est un représentant d'une autre génération, Antonio Borghini, qui est ici à l'œuvre. On a entendu cet Italien de Berlin avec Alexander von Schlippenbach, Stefano Bollani, Han Bennink, David Murray.... et il semble parfaitement à l'aise dans cette phalange d'activistes du jazz libre. Le percussionniste n'a rien perdu de son espièglerie, qui le conduit à des ruptures iconoclaste, et à des vocalisations inattendues, tout en maintenant la vivante pulsation polyrythmique en pleine effervescence. Et les deux 'souffleurs', également pourvoyeurs de thèmes, sont à l'exact diapason de cette entreprise pleine de vitalité. Comme pour tous les disques de la collection la dernière plage est un entretien (ici en Allemand) avec un Götz Bühler, qui pilote cette série. C'est un régal, et pas seulement pour les nostalgiques du free jazz version européenne.

Xavier Prévost

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Xavier Prévost - dans Chroniques CD
commenter cet article

commentaires

  • : les dernières nouvelles du jazz
  • les dernières nouvelles du jazz
  • : actualité du jazz, chroniques des sorties du mois, interviews, portraits, livres, dvds, cds... L'essentiel du jazz actuel est sur les DNJ.
  • Contact

Les Dernières Nouvelles du Jazz

Chercher Dans Les Dnj

Recevoir les dnj