Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 21:55

Neuklang records
www.neuklangrecords.de
www.pegazz.com
Julien Soro (saxophone et compositions), Stephan Caracci (vibraphone),Rafael Koerner (drums), Fabien Debellefontaine ( sousaphone) + Quentin Ghomari (trompette et composition)

 

 

Seven Years est leur quatrième album enregistré live au Triton. Pour le premier set, le quartet (bien nommé) BIG FOUR, emmené par le saxophoniste Julien SORO, est rejoint par le trompettiste Quentin GHOMARI, du quintet PAPANOSH.

Cela fait 7 printemps que ces musiciens qui jouent aussi dans l'excellent big band Ping Machine, se sont rencontrés et ont commencé à œuvrer ensemble pour créer une musique vive sans jamais être énervée, vibrante, joyeuse et bien construite.
Un collectif qui travaille intelligemment, ouvrant son chemin dans la musique improvisée actuelle dont les limites se perdent à l’horizon. L’improvisation collective est une corne d’abondance de laquelle jaillissent bien des surprises sonores, décoiffantes, d’autant que ce quartet assez spécial dans son instrumentation (2 vents dont un sousaphone et 2 percussions dont un vibraphone) fournit une palette riche, des textures soyeuses et inouïes. La trompette de Ghomari fait des siennes et colore finement l'ensemble. La nuance qui manquait en quelque sorte, "une autre voix dans le débat" , l'opportunité d'un nouveau répertoire.

Les ruptures de rythme sont fréquentes dans ce parcours jamais balisé où nous entraînent ces joyeux drilles, à la complicité immédiatement perceptible. On se laisse faire, on les suit les yeux fermés, tant cette explosion de sons et d’inventivité donne une sensation grisante de liberté.
Le second set, autour d'une suite de Soro, Temps présent, est  (un peu) moins festif, ménageant même une sacrée respiration, après les poussées de fièvre : si « Seven Years » a franchi un cap que certains ont traduit comme l’âge de raison, moi c’est la pochette de petits joueurs de foot que je ne saisis pas bien, Big four se joue plutôt au tennis, non ?
Qu’importe… Julien Soro a écrit une belle partition où le premier mouvement est empli d’une mélancolie certaine, propice à « rêver » comme s’il devenait d’un coup sérieux, voire introverti. Ce ne sera que provisoire, car ils se mettent bientôt à « courir » aidés du vibraphone et du sousaphone en grande forme,  avec cette façon de s’accorder les uns tout contre les autres. Le final est plus étonnant, une « danse » un peu triste, hypnotique et chavirante.
Ce qui frappe et ce qui plaît dans cette musique, c’est l’esprit de partage, de divertissement, cette entente cordiale, rafraîchissante, ce sens aigu du discours musical.
Sophie Chambon

Partager cet article

Repost 0
Published by Sophie Chambon - dans Chroniques CD
commenter cet article

commentaires

  • : les dernières nouvelles du jazz
  • les dernières nouvelles du jazz
  • : actualité du jazz, chroniques des sorties du mois, interviews, portraits, livres, dvds, cds... L'essentiel du jazz actuel est sur les DNJ.
  • Contact

Les Dernières Nouvelles du Jazz

Chercher Dans Les Dnj

Recevoir les dnj