Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 07:35

www.fabymedina.com
Faby Medina (vc), Laurent Ganzini, Leonardo Montana (p), Yoann Fernandez (g), Alexus Bourguignon (tp), Irving Acao (ts), Stéphane Montigny (tb), Zacharie Abraham (cb), Adriano Tenorio (percus), Lukmil Perez (dms)

Petit coup de coeur pour cet album sorti en février. Celui d’une chanteuse de jazz dont on se dit en mettant la galette dans la platine : « encore une nième nouvelle chanteuse de jazz ! » et  qui, de manière surprenante vos embarque dès le premier titre comme le ferait justement une grande chanteuse de jazz.
Rien de révolutionnaire chez cette égérie de Claude Bolling chez qui elle a justement apprit le respect de la tradition et des racines du jazz mainstream et qui sait surtout ce que swinguer veut dire. Rien de révolutionnaire mais pourquoi faudrait il révolutionner toujours le monde ? Rien de révolutionnaire mais tout de suite, à l’oreille, un façon de faire tourner les mot et de caresser le swing avec des airs de (déjà) grande dame du jazz. Et il y a beaucoup de classe dans cette façon de reprendre ce thème de Woody Herman (Early autumn) à la façon d’une chanteuse de big band (Belle idée d’avoir choisi ce thème) ou encore cette belle version de Someone to watch over me, qui vous tient même après la fin de l’album. Et puis cette conclusion plus pop sur Blackbird avec lequel elle semble vous cajoler.
Le tout dans un petit écrin servi avec des arrangements hyper soignés et classieux .

Au final un petit moment de grâce tout en retenue et sans esbroufe. Un moment de répit heureux dans ce monde de brutes. Voiys auriez tort de ne pas en reprendre.

Jean-Marc Gelin

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Gelin - dans Chroniques CD
commenter cet article

commentaires