Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 14:37

Avant de filer au mois de mai vers New York et le 'Vision Free Jazz Festival 2017', dont elle est la seule invitée européenne, Joëlle Léandre a eu la joyeuse surprise de figurer dans la promotion d'hiver de l'Ordre des Arts et des Lettres au titre de Chevalier (Chevalière en l'occurrence). Une manière de rappeler la place, singulière et cependant majeure, qu'elle occupe sur la scène musicale depuis quelques lustres. Pour se rafraîchir la mémoire, dans une discographie qui comporte plus de cent références, deux de ses parutions de la fin 2016

TIGER TRIO : MYRA MELFORD, JOËLLE LÉANDRE, NICOLE MITCHELL «Unleashed»

Myra Melford (piano), Joëlle Léandre (contrebasse), Nicole Mitchell (flûte, flûte alto, piccolo)

Paris, Galerie Zürcher, 25 mars 2016

RogueArt ROG-0074 / www.roguart.com

 

Habituée des rencontres états-uniennes (sur scène, mais aussi au Mills College où elle a fait de nombreux séjours comme enseignante invitée), Joëlle Léandre renoue pour ce disque avec des complices de longue date. Elle a souvent collaboré avec l'une et l'autre, et toutes trois s'étaient retrouvées sur scène à San Francisco en 2015. Comme toujours, une telle rencontre engendre de fécondes improvisations sur un terreau d'anciennes connivences, et la musique circule de l'une à l'autre, fluide ou tempétueuse selon les instants, avec comme souvent dans les improvisations réussies des convergences assez miraculeuses.

 

 

JOËLLE LÉANDRE – THÉO CECCALDI «Elastic»

Joëlle Léandre (contrebasse), Théo Ceccaldi (violon)

Paris, 2 octobre 2015

Cipsela Records CIP 006 / http://www.cipsela-records.com/store.php

 

Ils appartiennent à deux générations différentes, mais ils sont du même monde, celui où la liberté de créer ne connaît pas de bornes, où l'exigence musicale/instrumentale se fond et se confond dans le goût de l'aventure. Théo Ceccaldi est familier de l'univers de Joëlle Léandre, car il participe au tentette 'Can You Hear Me ?', et tous deux ont un sens aigu de l'improvisation, de l'instant magique qui se transforme en une forme, quand l'éphémère devient Art. On part d'un lyrisme légèrement mélancolique, où le chant s'émancipe très librement de la tonalité, où l'expression semble prévaloir, alors même que l'architecture s'élabore, souterraine. Et le sortilège opère de plage en plage, de douceur en fracas. Et l'on se sent glisser dans un ailleurs qui n'autorise rien que l'abandon.

Xavier Prévost

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Xavier Prévost - dans Evènements Chroniques CD
commenter cet article

commentaires