Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2017 5 21 /04 /avril /2017 11:11
KIMONO Musique de chambre avec basse électrique

KIMONO

Musique de chambre avec basse électr(on)ique

Roberto Negro (p), Adrien Chennebault (dms), Stephane Decolly (b) + Christophe Monniot (sax)

www.ojazz.fr

Sortie officielle 20 avril au théâtre d’Orléans dans le cadre du festival JAZZ OR JAZZ

 

Drôle de titre pour cette nouvelle rencontre entre le trio du pianiste Roberto Negro (Tri collectif) avec le saxophoniste Christophe Monniot que l’on ne présente plus. Les musiciens sont entrés en résidence, sous la protection du label orléanais Ô Jazz pour préparer le concert et la sortie du CD. Quand ce quartet de jazz ou/et quatuor de chambre se met au travail, il en résulte deux sonates d’une vingtaine de minutes chacune, certes distinctes mais tout aussi improbables. La première de la plume de Monniot, intitulée « Sonate pour une nouvelle terre» n’a rien de la forme d’une sonate, même si elle est composée en 3 parties, avec une captation sonore de la forêt amazonienne de Sylvie Gasteau ; il y a aussi cette curieuse boîte (?) électronique intitulée « Novation keystation » que manie le saxophoniste pour trouver sa voie. Une boussole dans la jungle jazz ?

Quant à la pièce de Roberto Negro, qui se mit lui aussi à composer une sonate pour ne pas être en reste, ce serait plutôt une suite en 4 mouvements avec interventions plus ou moins bruitistes, électroniques, intitulée « Sonate pour un monoski » avec même sur « Sonate pour un monoski III », la voix du violoncelliste Atsuhshi Sakai ! Nous sommes conviés à écouter une musique exigeante, concoctée par des musiciens, pour le moins farfelus, qui en tous les cas, ne se prennent jamais trop au sérieux.

Le résultat de cette collaboration insolite est inouï et doit se savourer en live assurément comme ce fut le cas hier soir, à Orléans.http://www.jazzorjazz.fr/artistes/kimono Car le spectacle sera aussi sur scène, avec la mise en scène et les effets rythmant la représentation. Une création révélatrice de ce que peut donner la musique actuelle, entre collages à la Zappa, expérimentations tous azimuts, brusques ruptures et références à la musique savante (Messiaen entre autre). Chez Monniot, toujours cette liberté au saxophone qui se veut fluide et libéré, un timbre magnifique soutenu par une basse structurante et une batterie démoniaques. Je n’ai pas entendu de transition entre le 2eme et la 3ème partie qui s’enchaînent avec une maestria « furiosa ». Roberto Negro est encore plus extrême dans les superpositions de rythmes, influences et styles, osant tout. Et le kimono dans tout ça? En fait, le Japon s’invite déjà sur la couverture du Cd qui reprend une vague bleutée, non pas celle d’Hokusaï, mais « Fuji la vague », un tableau de Bernard Mérigault. Et quelques citations, des haikus se savourent en écoutant cette musique qui, sans déstabiliser, conduit assez loin dans un imaginaire un peu foutraque. Et si on partait tous faire du Kimonoski ?

Sophie Chambon

Partager cet article

Repost 0
Published by sophie chambon - dans Chroniques CD
commenter cet article

commentaires

  • : les dernières nouvelles du jazz
  • les dernières nouvelles du jazz
  • : actualité du jazz, chroniques des sorties du mois, interviews, portraits, livres, dvds, cds... L'essentiel du jazz actuel est sur les DNJ.
  • Contact

Les Dernières Nouvelles du Jazz

Chercher Dans Les Dnj

Recevoir les dnj