Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 15:55
ANDY EMLER   RUNNING BACKWARDS

ANDY EMLER

RUNNING BACKWARDS

Andy EMLER (p, compositions) Marc DUCRET (g), Claude TCHAMITCHIAN (cb), Eric ECHAMPARD(dms)

Label La Buissonne/harmonia mundi

http://www.labuissonne.com/Site/fr/label_buissonne.php

https://labellabuissonne.bandcamp.com/album/running-backwards

Créé en juin 2016 à Radio France (concert de Jazz sur le vif d’Arnaud Merlin) avant l’enregistrement à la Buissonne en novembre de la même année, voilà que sort le tout nouvel album du trio régulier du pianiste et compositeur Andy Emler qui s’adjoint un invité de marque, le guitariste Marc Ducret . Non seulement notre « guitar hero » n’est pas un nouveau venu, il a déjà travaillé avec Andy Emler dans les années quatre-vingt … passé proche mais déjà propice à la nostalgie. Et plus récemment avec le Mégaoctet dans le beau Dreams in tune de 2006, sorti sur le label Nocturne. Ces quatre virtuoses se sont forgés un style personnel au sein d’une carrière rigoureuse et en perpétuelle évolution. Un parcours créatif qui se traduit par un album bilan, leur réunion étant comme l’aboutissement de toutes ces années de quête d’un « graal » stylistique . Ces esprits libres, capables de déconstruire dans une verve expérimentale des plus toniques font s’emboîter les 7 titres de l’album en une suite-puzzle envoûtante, avec juste ce qu’il faut de passages lents et rêveurs. Une petite merveille de fluidité et de cohérence dans le montage de l’album conçu comme une histoire continue qu’interrompent à peine des transitions entre les parties .

Beaucoup d’improvisations effervescentes et de liberté dans ces cinquante minutes de musique où l’on nous invite à partir en courant mais …à reculons! On peut refaire le chemin à l’envers, jeter de sacrés coups d’œil dans le rétroviseur mais courir à reculons est très improbable. Ils ne sont pas du genre à se laisser aller au découragement même si le chaos actuel de cette société régressive où le divertissement prend le pas sur la culture, nous inciterait parfois tout simplement à nous poser… Il n’y a qu’à s'abandonner à l’énergie de ce « drummer » rebondissant et tout simplement galvanisant (avec ou sans cymbales) qu’est Eric Echampard que l’on ne présente plus et qui sait maintenir une tension de bon aloi. Epaulé par l’autre as de cette rythmique infaillible, le contrebassiste Claude Tchamitchian. Du rock progressif avec la guitare de Marc Ducret, des embardées assurément folles mais sans ce déluge « classique » et cliché de guitares saturées. Il y a du Bill Frisell en lui, non pas pour son tropisme vers la country, mais pour cette manière personnelle d’acclimater la musique anglo-saxonne à notre patrimoine.

Quelques titres comme toujours avec Andy Emler d’un humour potache qui rassérène en ces temps qui se prennent au sérieux « Lève toi…et Marc »,«Turn around et don’t look back » ce qui est difficile surtout si l’on est un Orphée en recherche de son Eurydice. Sûrement une astuce dans le dernier « Watch your back Darwin…I mean ». Impayable sur les bouts rimés Andy… sans compter ce talent de compositeur qui façonne des partitions aux mesures de ses copains qu’ils n’ont plus qu’à essayer, jouant souvent de l’arithmétique du quartet : des duos qui s’affrontent, se complètent, s’inversent dans leurs attributions respectives : guitare/piano, contrebasse/batterie.

Décidément, voilà un album bienvenu que l’on écoutera d’une traite : aucune règle ne détermine ce qui se produit là, si ce n’est la complicité alliée au travail le plus exigeant. Cette musique résonne pour ceux qui partagent le même territoire de réflexion. Pensées et panser, c’est dans cet écart que se tient cette musique.

 

Sophie Chambon

Partager cet article

Repost 0
Published by sophie chambon - dans Chroniques CD
commenter cet article

commentaires