Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 13:12

Pendant toute la journée s'était rejouée une version très libre de l'Arlésienne façon Daudet. Non qu'il se fût agi d'un amour désespéré pour un personnage que l'on ne voit jamais, dans la nouvelle comme dans la pièce, mais parce que l'héroïne du jour à Jazz in Arles, la pianiste Sylvie Courvoisier, était perdue dans les interconnections aérienne à Francfort pour cause de retard de l'avion qui la menait de New York jusque là. Tout le problème résidait dans ce qu'il fallait qu'elle vînt jusqu'à nous pour la première date (et la seule française) de sa tournée européenne. A trois reprises dans la journée le directeur artistique du festival, Jean-Paul Ricard, a fait l'aller et retour d'Arles à Marignane, pour enfin accueillir la pianiste et son contrebassiste à l'aéroport. C'est vers 19h15 qu'ils sont arrivés pour l'indispensable balance qui permet d'affiner la qualité de la sonorisation. Le batteur, Tomas Fujiwara, était déjà sur place : il remplaçait au pied levé Kenny Wollesen, retenu aux États-Unis au chevet de sa mère mourante. Et vers 21h, avec à peine trente minutes de retard, le concert pouvait commencer.

Le trio pendant la balance

 

SYLVIE COURVOISIER TRIO

Sylvie Courvoisier (piano), Drew Gress (contrebasse), Tomas Fujiwara (batterie)

Jazz in Arles, Chapelle du Méjan, 10 mai 2017, 21h

 

Le répertoire mêle les thèmes du CD «Double Windsor» (Tzadik, 2014, avec Drew Gress et Kenny Wollesen) et de nouvelles compositions. Le concert commence avec La Cigale, thème segmenté, abrupt, dont le développement se résout en escapades cursives, swinguantes et émaillées de surprises, comme le jazz les aime. Puis vient Double Windsor, très représentatif aussi de l'approche spécifique de la pianiste, avec une pluralité de séquences, des changements de rythme, de tempo et d'atmosphère. Le dialogue est intense, tendu, le batteur attise le feu vibrant, et si dans un intermède lent à l'archet Drew Gress offense légèrement la justesse, on lui pardonne : il se réaccordera  avec soin avant la pièce suivante laquelle, d'inspiration sérielle, nous fait aborder d'autres rivages musicaux. On revient ensuite plus explicitement en terre de jazz, mais avec une cascades de ruptures qui n'altèrent nullement la continuité du discours : le tempo est là, sous-jacent, tapi dans l'ombre des écarts. Sylvie Courvoisier gère magnifiquement ce jeu sur le discontinu, enraciné dans le jazz moderne au cours de ses métamorphoses (Monk, Herbie Nichols, Cecil Taylor....). Après une nouvelle composition, Sylvie Courvoisier nous propose Éclats for Ornette, une pièce qu'elle avait enregistrée dans l'album «Crop Circles», en duo avec Mary Halvorson, en août 2016, deux mois après la mort du saxophoniste : un très vif hommage, qui rappelle ce jazz vif qui comblait le regretté Jean-Pierre Moussaron. Le concert se poursuit, près de se conclure, avec une improvisation de la pianiste jouant dans les cordes, et percutant le cadre du piano, avant d'être rejointe par ses partenaires pour une libre escapade qui évoluera vers ce tempo cursif où se rejoignent tous les jazz(s). Et la conclusion viendra, toujours sur des propositions musicales très ouvertes, et ce mouvement d'oscillation si particulier entre les protagonistes : ce n'est pas une oscillation pendulaire, un attracteur externe semble perturber le jeu ; qu'elle se nomme hasard ou désir, ou encore une subtile combinaison des deux, cette étrange force issue du dehors semble détenir l'ultime secret de cette musique, aussi singulière qu'enthousiasmante.

Xavier Prévost

 

Le trio est en tournée : Autriche, Pologne, Allemagne, Suisse et Belgique. Près de nos frontières, il jouera le 16 mai à Gand, et le 19 mai à Lausanne, ville natale de Sylvie Courvoisier.

Partager cet article

Repost 0
Published by Xavier Prévost - dans Compte-rendus de concerts
commenter cet article

commentaires