Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 10:22

Kurt Rosenwinkel est un guitariste qui a inspiré une génération entière de musiciens. Le tournant qu’il prend aujourd’hui en a désarçonné certains et en tout cas intrigue sur le sens de ses nouvelles explorations.

A l’occasion de la sortie de son album Caipi » que le guitariste a sorti sur son propre label, Kurt Rosenwinkel était en tournée de promo. L’occasion pour nous de le rencontrer avant sa venue le 17 juillet au New Morning et de déchiffrer avec lui les lignes de ses nouvelles orientations musicales.


LES DNJ : Caipi a surpris beaucoup de monde à sa sortie. C’est un album très inhabituel par rapport à votre travail jusque-là. S’agit il d’un tournant pour vous ?


KURT ROSENWINKEL : La musique de « Caipi » m’est venue il y a pas mal de temps. Il y a plus de dix ans. Une chanson m’est venue comme ça, puis une autre plus encore une autre et j’ai commencé à réaliser que cela formait un nouveau genre dans mon propre univers musical. Et au bout d’un moment j’ai eu le matériau pour ne faire un album. Comme il y a des influences du Brésil j’ai trouvé que « Caipi » sonnait bien. Cela veut dire «  Caipirinha », comme l’alcool que l’on boit au Brésil. Au fil des années, petit à petit j’ai travaillé dessus mais au départ je n’avais aucune intention à ce sujet. Juste en studio , j’écoutais ces morceaux, en rajoutant un bout par-ci ou retouchant un autre par-là. Par exemple je me suis essayé à rajouter un rythmique avec des oeufs, et je me suis rendu compte que c’était très difficile.

 

Les DNJ : On a le sentiment parfois que le travail de Pat Metheny vous inspire ?


K.R : Non cela n’a rien à voir. J’adore Pat. Mais si vous devez y voir un rapport c’est qu’il a été aussi inspiré par la musique brésilienne. Mais surtout beaucoup de musiciens ont été inspiré par Milton Nacimento qui est un incroyable musicien. La musique de Milton est devenue vraiment une part de ma propre influence. Vous savez on écoute tous beaucoup de musiques mais il n’y en a que quelques une qui font vraiment partie de vous, de votre mémoire, de la façon dont vous ressentez la musique. «  Clube da Esquina » (1972) a été vraiment un album important pour moi. Tout simplement parce que c’est devenu la bande-son de ma vie. « Caipi » est arrivé à un moment où ressortaient toutes ces expériences. Il y a beaucoup d’amour dans cet album. Il y a aussi beaucoup de réflexions métaphysiques. Un de mes amis est mort récemment et une des chansons raconte le passage de l’autre côté. En fait j’ai été très étonné moi-même de ce que ces expériences pouvaient donner dans cet album.


LES DNJ : Mais tout cela marque un vrai changement dans votre musique. Et puis c’est un nouveau son ?

 

K.R : Pour tout vous dire cela m’a surpris moi même. Mais encore une fois cela m’est venu naturellement. Je n’ai pas essayé d’essayer quoique ce soit. Mais vous savez il y a beaucoup de genres différents dans ma musique : straight jazz, modern jazz, chansons, rock. Mais j’ai l’impression qu’avec « Caipi » je montre quelque chose de plus profond de moi-même.

 

Les DNJ : Vous êtes allé au Brésil ?

K.R : Oh oui ! Plusieurs fois. Magique !J’ai eu l’occasion de jouer plusieurs fois dans un super festival. J’ai passé des moments merveilleux à Rio. Il y a tant de choses sublimes dans leur musique.

 

Les DNJ : Dans cet album on entend toutes les influences dont vous parlez mais cela reste fondamentalement un album de Kurt Rosenwinkell ,

K.R : Pour moi « Caipi » est une sorte de renaissance. Mais pas une renaissance pour devenir quelqu’un de nouveau mais pour devenir plus authentiquement moi-même. Pour se connaître soi-même vous devez aussi savoir qu’il vous faudra changer.


Les DNJ : Sur votre album, il y a Eric Clapton qui vient jouer sur deux titres. Quelle en est la raison ?

K.R : En fait Eric est un élément important de l’histoire de « Caipi ». Il m’a vu développer cette musique à Manhattan en 2011 et nous sommes devenus très très proches tous les deux, partageant nos goûts musicaux, jouant ensemble. Il m’a beaucoup supporté lorsque j’ai décidé de franchir cette étape musicale l’an dernier et d’arrêter l’enseignement pour lancer ma propre maison d’édition. Il y a un an j’ai changé beaucoup de choses dans ma vie. Je vis toujours à Berlin mais j’ai arrêté tout le reste pour lancer Heartcore-records et « Caipi ». Et alors que je faisais ce grand ménage, Eric Clapton m’a aidé, matériellement, spirituellement. Lorsque nous avons remixé l’album à Londres, il est venu et je lui ai dit que ce serait super s’il participait, même pour jouer une seule note, juste pour signer et montrer qu’il fait partie de ce projet


Les DNJ : Avez vous déjà en tête les autres musiciens que vous aurez sur votre label ?

K.R : Oui le second album sera avec Pedro Martins. Il est aussi sur « Caipi ». C’est un merveilleux guitariste et multi-intrusmentiste. Nous venons de finir de mixer et c’est un album incroyable.
Ensuite nous aurons un album « Banded 65 » d’impros free avec moi et un autre guitariste Tim Motzer  (1) de Philadelphie et un batteur Gintas  Janusonis. Il y aura aussi un autre album avec un très bon ami qui est un chanteur de blues de Californie. Il y a aussi un album que je voudrais faire avec un guitariste chinois qui joue du blues mais chante de l’opéra chinois


Les DNJ : Vous faites partie, avec Steve Coleman des musiciens qui ont le plus d’influence sur la jeune génération. En êtes vous conscient et n’est ce pas trop lourd à porter ?

 

K.R : On me dit cela parfois mais je ne le le ressens pas. J’essaie seulement d’être moi même.


Propos recueillis par Jean-Marc Gelin


(1) pour découvrir Tim Motzer https://www.youtube.com/watch?v=R4wKsdtieB4

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Gelin - dans Interviews
commenter cet article

commentaires

  • : les dernières nouvelles du jazz
  • les dernières nouvelles du jazz
  • : actualité du jazz, chroniques des sorties du mois, interviews, portraits, livres, dvds, cds... L'essentiel du jazz actuel est sur les DNJ.
  • Contact

Les Dernières Nouvelles du Jazz

Chercher Dans Les Dnj

Recevoir les dnj