Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2017 2 12 /09 /septembre /2017 21:39

@mark Higashino

 

Après la Nouvelle Orléans (Dee Dee’s Feathers, 2014.), c’est au tour de Memphis d’être évoquée par Dee Dee Bridgewater. La plus populaire des chanteuses de jazz américaines en France effectue un retour aux sources, sur les terres de sa ville natale. Libérée comme jamais, Dee Dee s’offre dans « Memphis »(Okeh-Sony Music) une immersion dans le blues et la musique du Sud des Etats-Unis, passant en revue avec chaleur et spontanéité quelques-uns des morceaux les plus célèbres du répertoire des années 60, « Don’t Be Cruel » et « Hound Dog », titres immortalisés par Elvis Presley, ou encore « Try a Little Tenderness » d’Otis Redding ou « The Thrill is Gone » de B.B. King. S’il en était besoin, Dee Dee vient rappeler qu’elle peut aussi bien exceller dans ce registre du blues et de la soul que dans le jazz vocal le plus classique.

Les DNJ : Comment vous est venue l’idée de consacrer un album à votre ville natale ?
Dee Dee Bridgewater : Depuis 2014, j’avais en tête de faire un disque de blues. De longue date, j’avais envie de retrouver l’atmosphère musicale de ma jeunesse, mon adolescence où j’écoutais le soir après 11 heures la radio locale WDIA qui m’a fait découvrir B.B. King, Gladys Knight, Rufus Thomas et beaucoup d’autres musiciens auxquels je rends ici hommage. Plus tard, j’ai appris, par une confidence de Charles Lloyd, que mon père, Matthew Garrett, trompettiste et enseignant avait été animateur sur cette même station de Memphis.

Les DNJ : C’est un projet que vous avez monté personnellement …
DDB : …Avec le saxophoniste originaire de Memphis, Kirk Whalum, co-producteur, nous avons enregistré dans les légendaires Willie Mitchell’s Royal Studios de Memphis en compagnie des chœurs de la Stax Academy Choir. J’avais vraiment envie de faire connaître au plus grand nombre la musique de ma ville natale.

Les DNJ : La musique de Memphis a marqué votre adolescence ?
DDB : J’ai grandi avec. L’univers du blues et de la soul fait partie de mon héritage autant que le jazz. Et puis j’avais un accent très marqué du Sud que j’ai du corriger (rires) quand je suis allé vivre à Flint dans le Michigan.


Les DNJ : Que représente cet album dans votre carrière ?
DDB : Après toutes ces années consacrées au jazz, j’avais envie de m’amuser, de faire danser. Je suis quelqu’un de très impulsif. A l’avenir j’aimerais bien monter une revue. Mais en même temps, je voudrais aussi retourner au jazz.
Propos recueillis par Jean-Louis Lemarchand

 


Sortie de « Memphis » le 15 septembre. En concert à Hem (Nord) le 28 octobre, La Cigale (Paris) les 7 et 8 novembre, Conflans Ste Honorine le 10 novembre et Ste Maxime le 11 novembre.

@mark higashino

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Louis Lemarchand - dans Interviews
commenter cet article

commentaires

  • : les dernières nouvelles du jazz
  • les dernières nouvelles du jazz
  • : actualité du jazz, chroniques des sorties du mois, interviews, portraits, livres, dvds, cds... L'essentiel du jazz actuel est sur les DNJ.
  • Contact

Les Dernières Nouvelles du Jazz

Chercher Dans Les Dnj

Recevoir les dnj