Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2017 7 10 /09 /septembre /2017 14:40

OPENING

JAZZ FAMILY 2017
FRED NARDIN (p, fder, compos); Or Bareket (cb); Leon Parker (dms, pêrcus, embodirythm)

 


 
Il y a  des musiciens, y a pas à dire, ils sentent le jazz plein nez ! Ils respirent le jazz, ils transpirent le jazz, ils exhalent le jazz par tous les pores de leur peaux. Vous pouvez faire des longs discours sur la technique-ceci, la virtuosité-cela mais y a pas à tortiller, ils puent le jazz !
Fred Nardin, grand maître de cérémonie dans le formidable Amazone Keystone Jazz band ( vous vous souvenez le super "Pierre et le Loup" !?) et grand prix Django Reinhardt en 2016 semble être tombé dans la marmite quand il était petit, tout petit.
Et ce n’est pas seulement dans sa façon de faire swinguer le piano avec une facilité et une classe déconcertante, comme si la musique lui était aussi naturelle que de respirer. Ce n’est pas non plus dans cette aisance à trouver les motifs d’improvisation qui coulent de source. C’est aussi dans sa façon d’écrire des thèmes absolument magnifiques qui donnent tant de reliefs à cet album et qui semble tout droit sortis du songbook. On entend parfois dans le jeu de Nardin, des clins d’oeil à Oscar Peterson mais aussi à de grand pianistes comme Sonny Clark ou plus près de nous Keith Jarrett dont on imagine qu’il pourrait s’emparer d’un thème comme « Hope ». « Lost in you eyes »,composé aussi par Fred Nardin comme s’il s’agissait d’un classique du gospel   est un beau moment d’émotion alors que "Giant", toujours de Nardin ouvre l’album en mettant le jeu dans une veine Coltranienne ou Mc Coy Tynerienne pourrait on plutôt dire. Mais arrêtons-là l'énumération des thèmes ( dont deux Monk et un Cole Porter), puisque tout est bon dans cet Opening qui comme sont nom l'indique vous ouvrira tous vos chakras.
Et pour l’occasion Fred Nardin s’accompagne d’un duo de haute volée avec Or Bareket ( contrebassiste montant de la scène New-Yorkaise) et Léon Parker orfèvre en fioritures dentelées et compagnon de route d’autres pianistes bien connus sous nos contrées ( Franck Amsallem, Jacky Terrassons, Giovani Mirabassi).

Alors certes n’allez pas vous attendre à des grandes révolutions jazzistiques, cérébrales et ontologiques de cette musique. Elle puise à ses racines.
Et c’est comme si Fred Nardin embrassant tout d’un seul mouvement, nous disait avec un grand sourire et un optimisme échevelé : j’aime le jazz et je vais vous montrer pourquoi.
Suivez-le, dans sa démonstration. Elle est éclatante et jouissive!

 

La confirmation d'un immense pianiste.

Jean-Marc Gelin

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Gelin - dans Chroniques CD
commenter cet article

commentaires

  • : les dernières nouvelles du jazz
  • les dernières nouvelles du jazz
  • : actualité du jazz, chroniques des sorties du mois, interviews, portraits, livres, dvds, cds... L'essentiel du jazz actuel est sur les DNJ.
  • Contact

Les Dernières Nouvelles du Jazz

Chercher Dans Les Dnj

Recevoir les dnj