Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mars 2020 2 31 /03 /mars /2020 15:40

LAKECIA BENJAMIN : « Pursuance »

 

LAKECIA BENJAMIN : « Pursuance »
Ropeadope 2020

Lakecia Benjamin (ts), Ron Carter (cb), Regina Carter (vl), Jazzmeia Horn (vc), Brandee Younger (harp), Reggie Workman (cb), Gary Bartz (as), Dee Dee Bridgewater (cb), Meshell Ndegecello (b, vc), Bertha Hope (p), Last poets (vc), Greg Osby (as), Steve Wilson , John Benitez, Marc Cary (p), Marcus Gilmore (dms), Keyon Harrold (tp), Marcus Strickland (ts) Georgia Anne Muldrow.

C’est à la lecture de la dernière livraison du magazine américain Downbeat, qui met en évidence une jeune saxophoniste, quasiment inconnue de ce côté-ci de l’Atlantique qui nous a mis la puce à l’oreille. Lakecia Benjamin n’en est certes pas à ses débuts (elle a déjà réalié deux albums) mais n’avait pas, jusqu’à ce nouvel album franchies les portes de la notoriété. Cette jeune musicienne native de New-York devrait les atteindre avec ce nouvel album entièrement dédié à la musique des 2 Coltrane, John et Alice. On devrait d’ailleurs plutôt mettre la pianiste-harpiste devant, dans la mesure où c’est bien Alice avant John qui a d’abord séduit Lakecia benjamin dans ses jeunes années d’apprentie musicienne. Dès lors c’est un album om les compositions se répartissent pour moitié entre celle de John et celles d’Alice.

Pour réaliser son projet, la saxophoniste n’a pas lésiné sur les moyens s’entourant d’un vrai all-stars transgénérationnel dont certains musiciens ont d’ailleurs joué avec John et Alice (Reggie Workman, Ron carter, Gary Bartz). Les plus jeunes, aussi adorateurs de la musique de Coltrane sont invités à la fête comme Brandee Younger ( harpiste), Meschell Ndegecello, Jazzmzia Horn etc….

Le résultat est superlatif et bien au delà de ce simple name dropping. Une vraie révélation explosive sur la scène du jazz. Car Lakecia Benjamin insuffle à la musique de ses maîtres son propre souffle, sa propre inspiration ( elle vient de la soul) et surtout une énergie de dingue. Trois ingrédients qui suffisent à en faire une grande saxophoniste et surtout une vraie bandleader. La saxophoniste s’empare ainsi du répertoire, n’hésite pas à ajouter du spoken word et même sur Aknwoldegement à ajouter des textes, ce que la famille de Coltrane refuse généralement catégoriquement. Liberté d’artiste et risque totalement assumé.

Les fils de John Coltrane ne manquent pas dans le jazz. Les filles moins. L’univers de Lakecia Benjamin est le sien, le sien propre et ses révérences sont l’image d’elle-même.
Dee Dee Bridgewater qui participe à l’albulm dit de Lakecia Bzenjamin «  I think the sky’s the limit for her ». On en est absolument convaincus.
Jean-Marc Gelin

Partager cet article
Repost0

commentaires

N
Tenor sax, really ?
Répondre