Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 juin 2020 1 01 /06 /juin /2020 21:48

Benjamin Moussay (piano solo)

Pernes-les-Fontaines, janvier 2019

ECM 2659 / Universal

 

Le pianiste ose le solo, qui plus est sous un label qui vit d'historiques prestations solitaires au début des années 70 : Paul Bley, Keith Jarrett.... Et nous lui savons gré de s'être ainsi jeté à l'eau en évitant la gueule du loup. Que de chemin parcouru depuis le Concours Martial Solal en 1998, jusqu'aux groupes de Louis Sclavis (et ceux, moins exposés, mais pas moins essentiels, de Bernard Struber, Marc Buronfosse, Sylvain Cathala ou Frédéric Maurin....) , en passant par les duos avec Claudia Solal. Au fil des ans et des collaborations, très diverses, Benjamin Moussay a maintenu un cap d'intégrité et d'exigence qui ne se démentira pas ici. Du franchement tonal, avec résolution appuyée, jusqu'aux escapades presque sérielles, il cultive le goût du mélodique et du lyrisme autant qu'un certain sens de l'aventure. Certains y entendent la marque du producteur d'ECM, Manfred Eicher. Ce peut être sensible sur certaines plages, encore que, depuis 40 ans, certaines couleurs du piano solo mises en exergue par le label munichois se soient universalisées ; elles puisaient d'ailleurs parfois leurs sources dans des esthétiques antérieures : je ne fais pas allusion ici au piano classique des débuts du vingtième siècle, mais plutôt à l'influence de musiciens comme Paul Bley ou John Coates Jr sur ce qui serait caractéristique du 'piano ECM'. Un manière en somme de dire que ce disque doit être écouté pour ce qu'il est : un très bon disque de pianiste-compositeur-improvisateur, qui parcourt très librement l'histoire comme l'intériorité. Bref, selon moi, une indiscutable réussite.

Xavier Prévost

.

Un avant-ouïr sur Youtube

https://www.youtube.com/watch?v=qMmfkL1XHiE

.

«Savez-vous bien que je puis à peine, sans attraper le vertige, regarder par-dessus ce petit promontoire» ('Une descente dans le Maelstrom', in Histoires extraordinaires, Edgar Poe, traduction Charles Baudelaire)

Photo ©Stéphanie Griguer pour ECM

Partager cet article
Repost0

commentaires