Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juin 2020 5 19 /06 /juin /2020 17:02

Elsa Birgé (chant), Tony Hymas (piano, piano électrique, synthétiseur), Grego Simmons (guitare électrique), François Corneloup (saxophone baryton), Stokley Williams (batterie, chant), Jeff Lederer (saxophone soprano) Kirk Knuffke (cornet), Chris Lightcap (contrebasse), Matt Wilson (batterie, voix), Lucy Tight (chant, boîte à cigares), Wayne Waxing (chant, banjo, harmonica, guitare, batterie), Nathan Hanson (saxophone soprano), Catherine Delaunay (clarinette), Donald Washington (saxophone ténor), Guillaume Séguron & Doan Brian Roessler (contrebasses), Davu Seru (batterie), John Dikeman (saxophone ténor), Simon Goubert (batterie), Sophia Domancich (piano), Robin Fincker (saxophone ténor), Sylvaine Hélary (flûtes), Antonin Rayon (orgue, synthétiseur), Benjamin Gilbert (guitare & guitare basse), Christophe Lavergne (batterie)

Paris, Los Angeles, Meudon, Treignac, Aix-en-Provence, Créteil....

nato 5360 / l'autre distribution

 

En écho au voyage aller paru en 1992 (nato 53001.2), un retour sur le répertoire de l'inoubliable Sidney Bechet. Inoubliable par l'accomplissement de son art, par sa place dans l'histoire et aussi, dans notre pays où il a longtemps vécu, par l'immense popularité dont il jouissait. Inoubliable pour le petit garçon que j'étais au moment de sa mort, en 1959. J'avais dix ans, et mon activité de disc-jockey pour les surprises parties de mes frères et sœurs plus âgés me conduisaient déjà à les faire danser sur la musique de Bechet, Armstrong (et même l'épigone-plagiaire Teddy Buckner !), Fats Domino.... Donc après m'être délecté naguère du voyage aller (Lol Coxhill, Elvin Jones, Michel Doneda, Taj Mahal, Tony Hymas, Tony Coe, Steve Beresford, Han Bennink, Charlie Watts, Lee Konitz, Urszula Dudziak....), je me suis précipité sur cette nouvelle mouture confiée à une nouvelle génération (Tony Hymas étant le passeur d'un disque à l'autre).

Comme toujours chez nato (sans majuscule!), Jean Rochard revendique d'avoir 'produit artisanalement' : du travail d'Artisan(s) d'Art (avec des majuscules), pour le choix des titres, des interprètes, du son, des illustations, des textes....

Comme pour le voyage aller on commence avec Petite Fleur, mais au traitement électro qui servait de soubassement à Lol Coxhill se substitue ici une voix qui rappelle la 'pop française' (de qualité!) du début des années 60, mais avec un magnifique enrobage 'fusion'. Frais et décapant tout à la fois. Puis l'on entre, pour être de plain pied avec l'entièreté de Bechet, dans l'univers caribéen sous la houlette de Matt Wilson (avec lui les tambours chantent!). Suit une plongée dans le blues, au plus près des racines, avec Lucy Tight, avant le Portrait of Bechet composé par Ellington (New Orleans Suite). Échappée libertaire ensuite, par John Dikeman et Simon Goubert (là aussi les tambours chantent... une autre chanson!) sur American Rhythm. Puis le quartette de Matt Wilson joue Brassens (Brave Margot, façon 'vieux style', thème que Bechet avait repris), et Nathan Hanson évoque Coltrane (Blues to Bechet, album «Coltrane Plays the Blues»,1960). Au fil des plages, une foule de compositions de Bechet, plus quelques traditionnels réadaptés par ses soins : Danses de chez nous, titre revisité par le groupe Ursus Minor, et qui faisait suite à Passport to Paradise, rejoué, entre abstraction et mélodie, par Robin Fincker et Sophia Domancich. Tous les thèmes sont traités avec amour, passion, et aussi liberté (Catherine, Delaunay, Sylvaine Hélary) par des muscien.ne.s de haut vol. Je ne puis tout détailler, seulement vous inviter à vous précipiter sur ce disque de musique vivante : Bechet, still alive, and well !

Xavier Prévost

 

Partager cet article
Repost0

commentaires