Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 novembre 2020 1 02 /11 /novembre /2020 21:52

Keith JARRETT, ‘Budapest Concert’. Béla Bartok Concert Hall. 3 juillet 2016. ECM/Universal. 2Cds .
A paraître en janvier 2021, 2 LPs.

La sortie d’un album en solo de Keith JARRETT –une vingtaine à ce jour- aura toujours constitué un événement depuis 1971, quand ECM  publia ‘Facing You’, début d’une collaboration exemplaire entre le producteur allemand Manfred Eicher et le pianiste américain.
L’arrivée dans les bacs des disquaires –ou plutôt sur les sites de vente en ligne- de Budapest Concert n’échappe pas à la règle d’autant plus qu’elle intervient dans un contexte personnel (passionnel même) particulier, concernant Keith Jarrett.

Dans un récent entretien avec le New York Times, la star de Köln Concert (1975) confie ses craintes sur son état de santé qui pourraient hypothéquer lourdement un retour sur scène. Victime de deux AVC en février et mai 2018, le pianiste, reclus dans sa maison du New Jersey, avoue que son côté gauche est encore “partiellement paralysé” et doute de retrouver suffisamment l’usage de sa main gauche pour jouer du piano.

L’enregistrement aujourd’hui disponible, réalisé le 3 juillet 2016, l’intégrale d’un concert donné dans la capitale hongroise constitue donc l’un des derniers témoignages en date de Keith Jarrett qui a célébré ses 75 ans le 8 mai dernier. La dernière prestation en public du musicien-phare d’ECM remonterait en effet à 2017 au Carnegie Hall. Certains pourraient dès lors être tentés de voir (ou plutôt d’entendre) dans le Budapest Concert un testament musical du pianiste.


https://ecm.lnk.to/BudapestConcert

 

Nous gardant de tout jugement définitif, nous pouvons humblement relever que Keith Jarrett nous propose ici une œuvre introspective où il se montre spécialement inspiré par l’atmosphère des lieux -une salle où il s’était déjà produit à quatre occasions- et ses souvenirs personnels, une de ses grand-mères était hongroise. Un moment de pure grâce de quelque 90 minutes.

 

Jean-Louis Lemarchand.

Partager cet article

Repost0

commentaires