Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 novembre 2020 1 16 /11 /novembre /2020 13:59

Sylvaine Hélary (flûtes traversières, voix, compositions), Antonin Rayon (orgue Hammond, synthétiseur, piano, clavinet), Benjamin Glibert (guitare, guitare basse), Christophe Lavergne (batterie)

Moulins-sur-Ouanne, juin 2020

Ayler Records CD-164 / http://www.ayler.com/glowing-life.html

 

Absolue singularité de ce nouveau disque de la flûtiste, si l'on se réfère à ce que l'on croyait connaître d'elle. Pour évoquer le scintillement de la vie, des sonorités électriques, un climat qui oscille entre le rock, le rock progressif, la musique expérimentale et la pop (très) sophistiquée ; et aussi densité de la musique et des textes, mystère des télescopages entre climats et instrumentations, recours aux paroles, parlées ou chantées (sources : la plume de Sylvaine Hélary, mais aussi de P.J. Harvey & Éric Vuillard). C'est comme un puzzle aussi mystérieux que labyrinthique dans lequel on peut se perdre avec délices, et même avec quelque effroi, quant à nos facultés d'intellection, devant cet objet dont nous cherchons à cerner le contour sans le saisir. Il faut y revenir. Du rythme littéralement déconstruit de la première plage va surgir une ballade mélancolique, relayée à l'étape suivante par un texte dit sur un martèlement lancinant, et tout se résout dans une improvisation de l'orgue, suivi d'une coda qui convoque à nouveau le texte dans un dernier envol. Dans la plage suivante Sylvaine Hélary revient en flûtiste, timbre expressif et circonvolutions sur un accompagnement anguleux d'où surgira un dialogue avec les claviers. Puis nous rentrons dans l'espace où paraît se dévoiler le projet, entre expérimentation et expression. Depuis le début la musique, tantôt suave, tantôt brûlante, et toujours aux aguets, nous a conduits à la longue plage conclusive, explosive autant que lyrique, et qui remue chez le vieil amateur que je suis la nostalgie du rock progressif. C'est plein de méandres, de fausses pistes, et donc intensément jouissif.

Xavier Prévost

.

Un avant-ouïr sur Vimeo, en octobre 2019 au festival Atlantique Jazz 

Partager cet article

Repost0

commentaires