Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juillet 2022 7 03 /07 /juillet /2022 07:19

Ouverture de la 41ème édition de Jazz à Vienne : MC statique mais Cullum, Atomique !

MC SOLAAR le 29/06


Pour cette ouverture de la 41ème édition du festival de Jazz à Vienne, et dans un choix de programmation décalé,  le théâtre antique accueillait MC Solaar pour son grand come-back.
Le chanteur-rappeur qui avait un peu disparu des radars revenait d'une tournée qui l'avait mené aux Franco Folies de Montréal puis à New-York, en guise de tours de chauffe. Autant dire qu'il était particulièrement bien rodé pour proposer une relecture de ses grands tubes arrangés par Issam Krimi et son grand ensemble.
MC Solaar enquillait alors ses chansons mythiques (" Caroline", " Victime de la mode", " Bouge de là", " Nouveau western" etc....) dans un exercice sur lequel l'énergie semblait lui manquer un peu, peut-être marqué la lassitude de répéter ainsi son bréviaire. Sur une orchestration du pianiste (auquel l'orchestre régional de Savoie prêtait ses cordes), le chanteur, micro dans une main et l'autre dans la poche faisait les 100 pas sur scène et déambulait de long en large avec l'impression d'être venu ici faire le taff. Sans un seul mot pour le public médusé mais content de retrouver ses airs de jeunesse, MC Solaar emballait très mollement le public bienveillant et sortait de scène d'un petit geste de la main et toujours sans un mot. A la sortie on retenait surtout de ce concert la poésie et l'actualité des textes du chanteur. Pour une ouverture du festival, nous étions peu convaincus.


Et le lendemain....  ce fut un contraste saisissant.

JAMIE CULLUM le 30/06

 


Alors que le ciel grondait d'orage sur Vienne, 6000 personnes se pressaient au concert de Jamie Cullum qui, tel un sorcier faisait alors, et par magie cesser la pluie le temps d'un concert atomique ! Avec une énergie qui n'a d'égal que son énorme générosité, le chanteur britannique branché sur 3000 volts mettait le feu au théâtre antique, entre pop anglaise, rock et standards de jazz, sautant sur son piano et bondissant sur scène tel un bad boy exalté et heureux.

Passant en revue ses grands classiques ( don't stop the music), reprenant Ed Sheeran (Shape of you), jouant en combo quelques standards (I get a kick) ou enchantant avec une sensualité lascive (et malicieuse) un singin in the rain fort à propos, Jamie Cullum transformait ensuite les arènes en un gigantesque dance floor bouillonnant et faisait se lever 6000 personnes prêtes à danser jusqu'au bout de la nuit. 6000 personnes qui sortaient de là, juste heureux. La pluie se remettait alors à tomber. Mais tout le monde s'en foutait. On était bien et totalement galvanisés !

Partager cet article
Repost0

commentaires