Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 août 2022 4 04 /08 /août /2022 09:15

Marciac Lundi 1er août : PIANOFORTE

@Laurent Sabathé


Cette nouvelle soirée gersoise avait pourtant mal commencée puisque le public du chapiteau apprenait l'annulation du concert de Gregory Porter en 2eme partie, le chanteur étant bloqué en Bulgarie pour d'obscures raisons administratives.
Mais la soirée de toute façon s'annonçait fort belle avec cette première partie bien intrigante sur le papier.

PIANOFORTE
Baptiste Trotignon (p, fender), Bojan Z (p, fender), Pierre de Bethman (p, fender), Eric Legnini (p, fender).

Le programme était alléchant et suscitait en effet une grande curiosité : 8 mains pour 4 claviers (deux acoustiques et deux électriques) !

Les 4 héros du soir alternaient et passaient du Steinway au Fender Rhodes, jouant tous les 4 ensembles ou parfois en duo.
Cet ensemble totalement inédit déroulait alors des compositions de chacun ou  bien des standards dans un exercice totalement équilibriste où l'écoute mutuelle des autres était un gage de réussite. A ce titre-là le pari fut gagné par ces 4 monstres sacrés du piano. On était en revanche un peu moins convaincus par la densité de la musique et par le son qui brouillait un peu l'espace sonore que l'on aurait voulu parfois plus épuré. Il faut dire que l'on avait affaire à 4 génies de l'improvisation, se jouant chacun des harmonies pour réinventer la musique.
Cela ne prenait pas des allures de battle mais peu s'en fallait tout de même.
Dans les conditions de prise de son, on se prenait à regretter qu'il n'y ait pas eu qu'un seul fender Rhodes pour tapisser les nappes de basse ( 2 fendre en même temps se révélant un pari un peu gourmand). Le son des 4 réunis était en effet un peu étouffé au point que l'on peinait parfois à distinguer qui jouait quoi.
Restaient de sublimes moments comme sur ce thème d'Egberto Gismonti, ce Caravan échevelé ou cette belle version de It could happen to you en duo.
Au rappel, les 4 se lançaient dans une version "clin d'oeil" de We are the champion qui, bien sûr faisait se pâmer et chanter le public du chapiteau.

Ce public en resta là et malgré la belle initiative du festival de diffuser un concert de Gregory Porter de 2019, il préféra dans sa grande majorité rentrer et rejoindre les bars à salsa du village. Histoire de prolonger un peu la soirée.

@Laurent Sabathé


Marciac c'est avant tout du spectacle   vivant !

Partager cet article
Repost0

commentaires