Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 septembre 2022 3 28 /09 /septembre /2022 10:47

Michael WOLLNY : «  Ghost »

ACT 2022

Michael Wollny (p),Tim Lefebvre (cb), Eric Schaeffer (dms)

Michael Wollny est une sorte de magicien. Un créateur d'atmosphères. D'atmosphères étranges et oniriques.Et spectrales (comme l’indique le titre de l’album). Car Michael Wollny dessine son propre univers musical. Et il est aussi fascinant qu’envoûtant.

Les fantômes qui hantent son identité de pianiste viennent ici inspirer ses improvisation qui s’appuient sur sa formidable rythmique habituelle.

Que ce soit sur le clavier simplemement acoustique ou juste embrumés des effets électroniques, il crée son propre cadre, totalement hypnotique. Ce qui lui permet de réinventer des standards comme I love you Porgy rarement entendu sous cette lumière étrange ou comme In a sentimental mood. Ce sont les fantômes du passé recréés.

Mais il y a aussi parmi les fantômes qui hantent le pianiste ceux, bien présents d’une certaine pop claire-obscure comme Radiohead (Hauntology composé par Wollny pas loin de l’esprit de Thom Yorke) ou comme le groupe de rock canadien Timber Timbre dont Wollny reprend le célèbre Beat drum slowly. L’acmé de l’album est d’ailleurs atteint sur un morceau de Nick Cave, Hand of god dont la relecture est à la fois brillante et tripale.

Dans les power trios qui marquent l’histoire du jazz récent, celui de Michael Wollny trouve une place de choix aux côtés du regretté E.S.T et de Bad Plus. Le pianiste fait ainsi partie de cette génération soucieuse du jazz et soucieuse de sa modernité aussi. Wollny, comme eux, réinvente une autre forme de jazz qui passe par d'autres émotions, joue sur la corde sensible des subtiles dissonances harmoniques qui font mouche et surtout sur un art absolu de la mise sous tension.

Il y a là une forme moderne du romantisme. Un romantisme du XXIème siècle.

Jean-marc Gelin

Partager cet article
Repost0

commentaires