Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2007 2 05 /06 /juin /2007 07:05

JJJ Aronas – « Culture Tunnels »


aronas.jpg

Ces quatre musiciens néo-zélandais déjantés sont à l’origine d’un jazz décomplexé, libéré de toutes convenances. Aronas est emmené par un jeune prodige : Aron Ottignon. Dans ce disque intitulé « Culture Tunnels » se retrouvent associés Grooves, ballades cinématiques, boucles dansantes, percussives et autres improvisations magistrales. Aujourd’hui installé à Londres, c’est après de longues tournées en Océanie que ce groupe de scène arrive en Europe. Leur Musique est teintée aussi bien de vieille Pop que d’electro futuriste. Une alliance avec E.S.T serait presque probable. Seulement voilà, il y a là une fois de plus un mélange des codes, des principes fondamentaux du Jazz. Des clichés, des clins d’œil d’un goût démesuré, vous laissant seul juge. Au-delà de cette première écoute, on est contraint d’apprécier le majestueux Groove de ce disque. Tout en chaleur. Oui, Madame, le Groove, c’est chaud. Et pas seulement parce qu’en Afrique il fait chaud, vous l’aurez compris. L’instrumentation de ce projet est tout ce qu’il y a de plus classique avec pour centre un trio Jazz. Avec cependant deux touches en plus. La première est la présence du percussionniste Josh Green. Ce type d’instrumentation nous rappelle ce merveilleux opus d’Herbie Hancock, « Inventions and Dimensions », où notre pianiste adoré s’adonnait aux polyrythmie caribéenne. Heureusement, sur ce disque, Herbie jouait sur un vrai piano, lui. Peut être que le goût néo-zélandais pour la facture de piano n’est pas encore très établi. La jeunesse et les nouvelles choses paraissent détruire les anciennes, mais pour être plus juste il faudrait dire qu’elle les magnifie, les fait évoluer, et donc révolutionner. C’est un coté Grunge que l’on retrouve dans la Musique de Aronas. Avec en prime, cette fantaisie swing néo-orléanaise transfigurée par l’electro-rock et les machines. Encore un signe de mélanges hâtifs, si toutefois les créateurs y mettent la « manière ». Hier encore, des grands comme Truffaz montrait le chemin. Les raccourcis n’ont pas pu être évités, mais le souci d’originalité demeure. On notera surtout de lumineuses compositions, comme par exemple « You Little Beauty ». L’énergie et le virtuose de ces musiciens sont frappants et curieusement, leur descendance est assez difficile à retranscrire. Ceci est d’habitude une preuve de grande sagesse, lorsque la personnalité est aussi définie. Ces compositeurs-acteurs usent parfois d’effets divers, résultat d’un travail sur la matière sonore. La superposition de Musiques en est un. Le jeu sur sampler et effets bizarres en est un autre. Tout est bon pour surprendre, surtout sans paroles, sans mots, pour que vous puissiez avoir le champ libre sur vos images. Dans cette culture des Tunnels que Aronas nous offre, la transe rythmique trouve enfin une sensibilité poétiquement rassurante, et toujours en mouvement.

Tristan Loriaut

Partager cet article

Repost 0
Published by Tristan Loriaut - dans Chroniques CD
commenter cet article

commentaires