Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mai 2008 3 14 /05 /mai /2008 22:50

 Candid2008


 

Les bienheureux, vous là qui habitez sur la Côte d’Azur, vous auriez peut être pu nous prévenir qu’il y avait quelque part nichée du côté de Nice, une jeune pianiste totalement et injustement méconnue sous nos nordistes latitudes ! Et il faut bien rendre hommage à Sir Ali de venir aujourd’hui la propulser sur le label Candid tant on est heureux de découvrir cette jeune pianiste.

On passera rapidement sur une promo qui se hasarde à vouloir absolument créer un lien entre la musique de Ryoko et la musique française du début du XX° siècle, pour ne retenir que l’essentiel. Cette jeune pianiste japonaise qui vit en France frémit de grâce et d’énergie. Apporte une grande bouffée d’air frais et carrément printanier dans un exercice qui prend trop souvent des airs contrits d’introspection douloureuse. Rien de cela ici. Car Ryoko virevolte avec autant de grâce que de légèreté dans les haut de son piano. Aussi délicate que franche dans ses attaques du clavier. Rebelle à tous les formats préétablis du trio, la jeune pianiste se révèle d’une très grande inventivité dans le parcours de ses propres thèmes (elle y signe 8 compositions sur 11) marqués parfois par de véritables et astucieux revirements. S’appuyant aussi sur des mélodies simples (qui peuvent évoquer Ravel – à la limite) elle semble faire danser son piano avec l’insouciance d’une personnalité forte et libre (Bonsaï bop). Et ses clins d’œil à son Japon natal qui peuvent revêtir un brin de nostalgie ne s’y font jamais caricaturaux ni lourds de mélancolie. C’est au contraire avec une très grande sensibilité que Ryoko passe d’un jeu dense où virevoltent de mutines arpèges à l’inspiration de thèmes où la musique s’aère et se donne le temps de respirer (Ryoko@ravel ou ce très beau et très zen Sketches of Japan). L’insaisissable pianiste a déjà tout appris. A l’heure où beaucoup de jeunes trios hésitent entre la face Meldhau ou la voie Svensson, Ryoko affiche a contraire une vraie personnalité. Déjà son jeu raconte une expérience vécue entre la France et la Japon. Elle nous en livre ici quelques clefs bien captivantes. Avec la vraie fraîcheur d’un jeu totalement décomplexé                                             Jean-Marc Gelin

Partager cet article
Repost0

commentaires