Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juillet 2008 3 02 /07 /juillet /2008 07:49

Enja Records / Harmonia Mundi

 



 
Rabih Abou-Khalil est un homme épris de métissage, ayant enregistré avec des grands noms du Jazz, avec des musiciens arabes traditionnels, des quatuors classiques jusqu’aux orchestres symphoniques en passant par des musiciens arméniens. Ce nouvel album au doux nom de « Em Portuguès » est une mise en Musique par le compositeur libanais de morceaux choisis de la Poésie portugaise, issus de la plume de Mario Rainho, José Luis Gordo, Rui Manuel, Silva Tavares, Tiago Torres da Silva, Antonio Rocha. Touchant au plus profond de l’âme de chacun, certains de ces textes (traduits en plusieurs langues dans le livret) communiquent un lyrisme à la fois spirituel et charnel : « C’est dans la mer de tes jambes, que se loge la mélancolie… ». Agé de 26 ans et originaire de Lisbonne, Ricardo Ribeiro est un chanteur virtuose à l’esprit libre transcendant sa propre culture, réunissant par ailleurs les qualités techniques nécessaires à l’interprétation des mélodies caractéristiques de la Musique du joueur d’oud Rabih Abou-Khalil. Offrant une identité à ce brassage culturel, l’instrumentation de ce projet prend forme en la personne de Luciano Biondini à l’accordéon, Michel Godard à la basse électro-acoustique, parfois utilisant le tuba comme second instrument, et de Jarrod Cagwin à la batterie et aux percussions. A signaler aussi le remarquable travail de l’ingénieur du son Walter Quintus pour le compte du précieux label Enja. « Quando te vejo sorrir » est un des poèmes introduit par un duo unissant le chant et l’oud, reflétant alors l’intime corrélation entre Liban et Portugal. Ce couple instrumental est quasi-permanent dans chacune des compositions et représente le fil conducteur de ce point de rencontre des cultures, sorte de folklore imaginaire alliant l’orient à l’occident, teintée d’improvisation aux reflets Jazz et Musique du Monde. Cette collaboration entre un compositeur libanais et un chanteur portugais est une idée amusante à l’origine de Ricardo Pais, directeur du Théâtre National de Porto. Ce disque est habité à la fois d’une fascinante douceur et d’une puissance rapsodique, alternant entre complaintes prosaïquement mélancolique et danses de légèreté sautillante (« Jogo de la vida »). La science des mots en devient presque inutile pour décrire ce que l’esprit reçoit en émotion à l’écoute d’un tel charme musical. Un véritable hommage à ce qu’il y a de meilleur dans le mélange des civilisations. Il faut aussi souligner l’immense talent des improvisateurs qui mettent tout en œuvre pour retranscrire toute la passion qui émane de leur cœur. Un disque dédié à la paradoxale fraicheur d’une nuit d’été. Tristan Loriaut

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
à découvrir en effet...
Répondre