Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mars 2006 7 12 /03 /mars /2006 14:17

JJJ  LAURENCE ALLISON : “Secrets”

 

 

 

Âmes 2005

 

 

 

 

 

 

Quelle artiste ! Laurence Allison signe les paroles et musiques des treize titres de ce nouvel album. Dans ses chansons, il est question de tempêtes intérieures, de parole bâillonnée (A prison of glass), de jalousie (« Il rêve, elle donnerait son âme pour se glisser par effraction dans ses songes et tout savoir de lui »/ Insomnia), d’aspiration à la liberté (« qu’on ne me tire pas les cartes, je veux espérer et douter, je veux être surprise chaque matin »/Let me doubt). Il est question de tous ses secrets tus enfouis dans la nuit de nos vies. Il est poignant ce jeu de cache-cache de la petite fille qui porte une étoile jaune, dont chacun des doigts est une poupée et qui finit par devoir se cacher pour de vrai (Hide and seek). Elle est émouvante cette rencontre entre une femme, l’enfant qu’elle était et la vieille femme qu’elle sera (The corridors of time). Elle est drôle cette arrivée de Bill Evans au 7ème ciel, où on lui ouvre les grandes portes en lui vantant les avantages des lieux pour un concert éternel ; il hésite et finit par avouer qu’il n’est venu là que pour visiter un ami. Il est difficile de pénétrer dans l’univers dense et hanté de Laurence Allison, parce que ses mots sont à la fois pesants (Born in the night), dérangeants et envoûtants. Sa musique est habitée, animée (est-ce un doux hasard que le label qui produise cet album se nomme «Âmes » ?). Elle a un don exquis pour l’écriture d’histoires courtes, de presque comptines et sait créer pour chaque titre un climat particulier, la palette de ses talents d’interprète pouvant s’exprimer ainsi largement. Elle est accompagnée, on aimerait presque dire portée, par trois pianistes d’exception, Alain Jean-Marie, Benoit Sourisse et Niels Lan Doky, qui servent sa musique avec un immense respect. Les artistes invités viennent enrichir et nourrir l’inspiration de l’artiste. Notons en particulier le sublime accompagnement de Didier Lockwood sur Una Palara. Un album qui ne livre pas facilement ses Secrets mais indubitablement de la belle ouvrage.

 

 

 

Régine Coqueran

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires