Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mars 2006 7 12 /03 /mars /2006 14:19

JJJJJ STEVE COLEMAN: “WEAVING SYMBOLICS  

 

 

LABEL BLEU 2006

 

 

 

 

 

 

 

 

Pas une seconde d’hésitation, 5 Smiles pour le dernier album de Steve Coleman !  Après Lucidarium qui était déjà un album superbe, Steve Coleman revient avec un album différent tout en restant la même, celui que l’on reconnaît entre mille. Et s’il faut avancer des raisons à notre enthousiasme débordant nous dirons d’abord qu’avec Steve Coleman c’est chaque fois une évidence : he « got the sound » !  On le sait bien, depuis le temps mais chaque fois on reste saisi par le son Coleman qui porte assurément la marque des géants. Jamais il n’a été aussi superbement parkerien. Et le truc, je vais vous dire, c’est que ce « son » Coleman et bien il ne le garde pas, il circule, comme une sorte d’énergie, de relais qu’il sait transmettre et insuffler aux autres musiciens. Par capillarité.

 

 

Cet album est construit à géométrie variable et les formules en solo ou en duo jouxtent celles en trio ou en septet (on y entendra ainsi la contribution de Jason Moran au piano, celles de Tim Albright au trombone ou encore Jonhatan Finlayson magnifique à la trompette, sans parler de Magic Malik, de Jeff  Watts ou de Sarah Murcia ou encore Nelson Veras). L’album remarquablement agencé renvoie les thèmes en correspondance les uns avec les autres. Ainsi la série des Ritual’s absolument exceptionnelles reprend la même formule mélodique pour l’adapter à différentes  formations (en solo –Aether-, en duo - water- en trio – earth ou en septet – fire). De même la série dans les Triads où le travail de Coleman  est une réflexion personnelle sur la signification non religieuse de la trinité revient régulièrement dans l’album. Base de ce que Coleman entreprend : une sorte de mystique non religieuse, une alchimie où l’ésotérisme côtoie la numérologie voire l’astronomie. Les parties chantées donnent lieu à deux morceaux d’exception, eux aussi en correspondance l’un par rapport à l’autre : Gregorian et Glyphs in motion. Dans ces deux cas il est question de thèmes conçus comme des fugues de Bach où Coleman multiplie les contrepoints derrière la vocaliste. Jen Shyu  ne chante pas mais se fait instrumentaliste vocale. Il n’y est pas question de belle voix mais de vocalises déformées parfois même grimacées comme pour donner à ses interventions une sorte de dimension d’une actrice de théâtre Nô.

 

 

Dans cette musique complexe harmoniquement mais dans laquelle l’auditeur entre avec facilité (on songe encore à Parker), la difficulté des structures ne cède jamais le pas ni au « son » ni au swing toujours présents. Des personnalités se dégagent comme ces quelques découvertes que sont le trompettiste Jonathan Finlayson ou le tromboniste Tim Albright. Et surtout il est l’occasion d’entendre une rythmique extraordinairement riche, baliseur d’un chemin circulaire.

 

 

Et s’il fallait encore donner une autre raison d’aimer cet album, il fat absolument parler des deux DVD qui se lisent sur le verso de chaque CD. Le premier est une passionnante interview de Steve Coleman. Le deuxième est un moment immense qui nous permet d’entendre durant près de 15mn Steve Coleman s’amuser en duo avec Marcus Gilmore, jeune batteur de 19 ans découvert au Brésil et qui montre dans cette vidéo (mal filmée au demeurant) qu’il atteint déjà la dimension des géants.

 

 

Label Bleu, le label qui produit Steve Coleman depuis déjà de nombreuses années en enrichissant son catalogue de ce bel ouvrage entre dans sa vingtième année de fort belle façon. Et Steve Coleman au sommet de son art lui fait là, à l’aube de ses cinquante ans, le plus merveilleux des cadeaux.

 

 

Jean Marc Gelin

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires