Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 07:45



High Note 2008

Eric Alexander (ts), David Hazeltine (p), John Webber (cb), Joe Farnsworth (dm)

   Cet été, alors que nous avions la chance de rencontrer une légende vivante du jazz, Hank Jones celui-ci nous confia à un moment de l’interview qu’il nous conseillait d’aller regarder du côté d’un saxophoniste ténor, Eric Alexander qu’il considérait comme l’un des plus grands de la génération actuelle. C’était juste après avoir joué en duo avec Joe Lovano….  Quand cette confidence émane d’un homme qui incarne l’histoire du jazz, qui a quasiment tout entendu et tout vu depuis 50 ans, forcément on se magne le popotin pour aller écouter le petit génie que, il faut l’avouer nous ne connaissions pas du tout avant. Et comme le jeune Alexander venait justement de sortir un double album (CD + DVD) il eut été franchement ballot de ne pas en faire profiter les copains. Car, force est de constater dès lors que l’on met le cd dans sa platine que le gars qui joue là, sait bigrement bien souffler dans son biniou. Papa Jones, pour sûr qu’il s’y connaît, ne nous a pas baratiné. Car Eric Alexander a tout du grand saxophoniste : le son des grands, le lyrisme, le phrasé, l’inventivité !! Mazette. ! On a l’impression d’entendre toute une école du saxophone. A certains moments j’entend le Coltrane de Blue Train  et à d’autres moments Dexter Gordon, logique filiation, mais aussi et beaucoup Joe Henderson. Et ce n’est pas tout car le garçon s’y connaît dans la maîtrise des tournures harmoniques et des changements d’accord à vous rendre dingue le pus génial des pianistes. Si ce gars là était sorti dans les années 60, je ne vous raconte pas le carton qu’il aurait fait …. En 1991 il se plaçait deuxième au concours de sax Thelonious Monk, juste derrière…. Joshua Redman. C’est dire ! Mais alors que le fils de Dewey a fait évoluer sa musique et s’est entouré de partenaires de choix, Eric Alexander reste un peu coincé dans une musique déjà si souvent entendue et qui surtout le surexpose devant une rythmique de second ordre qui ne le pousse jamais vraiment au train. Que sa musique évolue un peu et qu’il s’entoure des meilleurs et je peux vous affirmer que Eric Alexander pourrait en mettre beaucoup par terre. Et puisque je tiens cette confidence de Hank Jones, permettez moi de vous la transmettre à mon tour, Eric Alexander est un très grand saxophoniste à découvrir de toute urgence.

Jean-Marc Gelin

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
en ce premier octobre.<br /> Bruxelles ,brusselait <br /> Et chez vous cmt fait-il<br /> votre billet du jour est<br /> agréable a lire<br /> bonne journée
Répondre