Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 novembre 2008 4 20 /11 /novembre /2008 08:17

Blue Note Records 2008




Jamais vraiment là où on l’attend, la chanteuse de Chicago, après de savantes compositions inspirées des métamorphoses d’Ovide dans son précédent album, rend hommage à Cole Porter, le célèbre auteur et compositeur de comédies musicales (Peru, Indiana 1891-Santa Monica, Californie 1964). Il fut l’auteur de quelques-unes des plus belles chansons de l’American Songbook de Love for sale à Everytime we say good bye. Ce dandy décrivait dans ses chansons avec beaucoup d’ingénuité et de légèreté la vie facile et luxueuse qu’il menait. Mais c’est une face plus sombre que Patricia Barber nous offre. Elle donne aux mots et à la musique de Cole Porter une profondeur nouvelle et une densité qui nous avait jusque-là échappées. La présence de Neal Alger à la guitare (I concentrate on you) et de l’inventif Chis Potter au saxophone y est pour beaucoup (solo explosif sur In the still of the night). Ils s’échappent complètement de l’accompagnement traditionnel de ces morceaux et réinventent un style très contemporain et une couleur totalement inédite. Nous ne sommes plus dans la comédie musicale ni dans l’interprétation du classique standard de jazz. Toute en sensualité, la voix sublime d’alto de Patricia Barber nous fait entendre les tourments amoureux et les amours impossibles (What is this thing called love), l’ennui profond que pouvait inspirer une vie frivole (I get a kick out of you) et le goût de Porter pour la dérision (You’re the top) : « Tu es le musée du Louvre, un sonnet de Shakespeare, Mickey Mouse, la Tour de Pise, le Mahatma Gandhi, le salaire de Garbo, l’enfer de Dante, une danse balinaise, un Boticelli. » L’émotion est à son comble quand Patricia Barber entonne a capella les premières mesures de Miss Otis regrets. Avec beaucoup d’intensité, les percussions de Nate Smith et la guitare électrique de Neal Alger accompagnent cette histoire cynique : celle de Miss Otis qui regrette de ne pas pouvoir venir dîner ce soir. Découvrant la trahison de son amoureux, elle le tue en plein bois.  Elle est arrêtée et pendue en place publique. Avant de s’éteindre, elle murmure qu’elle regrette de ne pas pouvoir venir dîner ce soir.  C’est avec cette élégante distance que Patricia Barber interprète les chansons de Cole Porter, ne se laissant à aucun moment emporter par la passion sous-jacente des textes. Pour cet album, Patricia Barber a composé trois titres dont les sublimissimes Snow et Late Afternoon and you, deux belles chansons d’amour dans le style de Cole Porter dans lesquelles elle s’accompagne au piano avec une délicatesse exquise. Cet album, pour paraphraser, un des thèmes de Cole Porter chanté par Patricia Barber, C’est magnifique !

Régine Coqueran

Partager cet article
Repost0

commentaires