Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 décembre 2008 7 14 /12 /décembre /2008 22:44

Mc Coy Tyner (p), Ron Carter (b), Jack DeJohnette (dm) + Marc Ribot ou John Scofield ou Derek Trucks ou Bill Frisell (g) ou Bela Fleck (banjo).

1 CD + 1 DVD  Half Note/Naïve

 




Il y a de l’électricité dans l’air et un sentiment de jeunesse et de fraîcheur dans ce magnifique album. Une véritable cure de jouvence pour McCoy Tyner qui fêtera ses 70 ans le 11 décembre prochain. Après avoir souffert d’une terrible maladie, le voici amaigri, mais en super forme avec ce Guitars, qui paraît quelques mois après le magistral McCoy Tyner Quartet (où il était en compagnie de Joe Lovano, Christian McBride et Jeff Tain Watts). Ce projet, où pour la première fois il ajoute à son trio une guitare électrique sulfureuse, a en fait été enregistré trois mois avant le fameux concert que l’on peut apprécier sur McCoy Tyner Quartet. McCoy n’a plus de temps à perdre, et il a visiblement envie d’enchaîner ses publications autour d’expériences inédites et en compagnie des plus grands. La section rythmique qui l’accompagne est tout simplement l’une des meilleures du monde : l’élégant Ron Carter à la contrebasse et le puissant Jack DeJohnette à la batterie. Rien qu’avec ces deux là, il aurait pu réaliser un remarquable album en trio, mais le goût du risque, l’amour des rencontres et l’envie de se surpasser a été prédominant. Tout comme le choix de ses partenaires guitaristes, aussi surprenant que remarquable, pour leur goût de l’aventure, de l’improvisation et leur fabuleux talent technique. Tout d’abord on le trouve en compagnie de Marc Ribot, héro à la fois génial et modeste de la scène downtown New-Yorkaise et collaborateur assidu de John Zorn. Il ouvre d’ailleurs son album par un court duo improvisé au climat plutôt free (Improvisation 2), qui s’enchaîne à merveille avec l’énergique Passion Dance (titre phare de l’album The Real McCoy en 1967 pour Blue Note et repris avec Joe Lovano au sax ténor sur le récent McCoy Tyner Quartet). Après le jeu foudroyant aux accents rock de Ribot, place à la fluidité bluesy de John Scofield, avec une composition de John Coltrane (dédié à Paul Chambers) : Mr P.C et une très belle reprise de Blues on the Corner (extrait lui aussi de The Real Mccoy et de Mccoy Tyner Quartet). Puis l’inattendu arrive avec la présence de Bela Fleck au banjo. Si vous ne connaissez pas ce musicien, vos préjugés sur le banjo vont vite disparaître car vous allez entendre un fabuleux virtuose, au jeu brillant et intelligent, doué d’une belle faculté à improviser. Fleck place deux de ses compositions et nous émerveille dans une sublime relecture du My Favorite Things de Coltrane. Toujours dans l’inattendu, on distinguera la présence de Derek Trucks, guitariste de blues-rock sudiste, membre de l’Allman Brothers Band et fidèle descendant de Duane Allman et de Dicky Betts. Trucks va très bien intégrer son jeu de slide guitar à l’univers de Mccoy (Slapback Blues) et nous éblouir dans leur très belle version de Greensleeves. Enfin sur les trois derniers titres de l’album, on appréciera le subtil jeu atmosphérique de Bill Frisell, avec en particulier l’ultime morceau (Baba Drame de Boubacar Traoré), une très belle ambiance africaine où la guitare prend des accents de kora. En prime un DVD nous permet de voir chaque guitariste en studio jouer un titre et l’on peut choisir son angle de caméra (le montage du réalisateur, le split screen avec les quatre musiciens, le plan sur Mccoy Tyner, le plan sur Ron Carter, le plan sur Jack DeJohnette ou bien sûr, le plan sur le guitariste invité).
Lionel Eskenazi

Partager cet article
Repost0

commentaires