Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 06:03

Illusions 2008



On aurait aimé pouvoir s’enthousiasmer pour cet album. L’idée est belle.Dans la logique de son travail d’historien, Bill Carrothers ici avec Matt Turner et sa femme Peg, plonge dans la mémoire collective américaine et va chercher du coté des chansons de         Stephen Foster (1826-1864), inscrites à tout jamais dans la patrimoine musical de l’autre côté de l’Atlantique. Une image de cette amérique du XIX°, l’amérique du nouveau monde dont visiblement les trois musiciens éprouvent une certaine nostalgie. Avec mélancolie et beaucoup de tendresse pour leur sujet, ils éxhument cette musique donnant parfois un côté un peu passéiste dans lequel on ne se reconnaîtra pas forcément. Mais surtout le projet pêche par un parti pris assez incomprehensible tournant sur l’idée de leitmotiv. Ainsi la reprise plusieurs fois du même thème  ( 5 fois Mu Old Kentucy home et 2 fois Beautiful dreamer) donne le sentiment qu’il n’y avait là pas assez de matière pour exploiter à fond l’idée de base. Du coup ce thème devient récurrent et franchement lasse un peu à la longue. Cela reste joli et parfois émouvant. Mais malheureusement l’émotion des premières minutes au fil de l’album s’émousse beaucoup par la suite. Dommage
.
Jean-Marc Gelin

Partager cet article
Repost0

commentaires