Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 février 2009 1 23 /02 /février /2009 07:52

Bee jazz 2009

Guillaume de Chassy (p), Daniel Yvinec (cb), Mark Murphy (vc), Paul Motian (dm)

 

 On sait combien Guillaume de Chassy et Daniel Yvinec sont attachés aux beaux thèmes qui parsèment l’histoire du jazz. Ces belles chansons et ces mélodies qui ont traversé le siècle dernier et dont ils exaltent les formes belles. Ils l’avaient fait avec André Minvielle dans « Chansons sous les bombes » puis dans « Wonderful World ». Et c’est sur ce terrain là qu’ils poursuivent leur projet, sauf qu’ici les chansons du siècle dernier vont de Paul Simon à Neil Young qui côtoient Sammy Cahn ou Prince, en passant par Paul Misraki. Leo Chauliac flirte avec Gershwin et Paul Mc Cartney, tous élevés au rang de standard de jazz.

Et c’est tout compte fait, avec une certaine évidence que pour réaliser cet album, ils ont fait appel à deux invités de marque, tous deux amoureux de la mélodie, tous deux portés à exalter le chant, chacun à leur manière : Mark Murphy et Paul Motian. Deux invités de rêve dont la présence illumine cet album.

Pas besoin d’en faire des tonnes. « Less is more » semble être le fil conducteur de cet album. Et pourtant, c’est justement en en faisant que très peu que chacune des 4 interventions de Mark Murphy porte véritablement la marque des géants du jazz. Peu d’espace, peu de temps lui suffisent pour s’emparer d’une chanson et l’emmener bien au-delà des grands crooners, dans une maîtrise qui nous laisse chaque fois anéanti. La marque d’un grand pro. De ces chanteurs pas si fréquents qui, quoi qu’ils fassent déplacent la lumière avec eux. Peu de moments de grâce peuvent ainsi égaler un Then I’ll be tired of you et lorsque Murphy se laisse un peu plus aller comme dans ce I Wish you love remarquablement arrangé, on est prêt à tout lui pardonner et l’on marche à fond dans ces petites facéties, petites coquetteries de star qui montre là toute l’étendue de son art. Mark Murphy pourrait faire fondre quiquonque en chantant le bottin.

Avec beaucoup d’élégance et de classe Chassy et Yvinec savent eux aussi à leur manière établir les bases d’un discours amoureux sans tomber dans la paralysie de l’enjeu. Car si l’esprit de Bill Evans et de Scott La Faro règne bien sur cette session, De Chassy et Yvinec savent pour autant éviter le piège qui aurait consisté à en faire un album à la Bill Evans. D’abord par le choix des thèmes mais aussi par la façon de jouer et de retenir le jeu tout à la fois, évitant de se plonger dans un jazz où les idiomes chers au pianiste de l’Illinois auraient été stéréotypés. C’est qu’il y a quelque chose de très personnel en effet dans le couple que forme Chassy et Yvinec . Avec des arrangements très soignés et un travail artistique remarquable, ils parviennent à rendre cet album exaltant tout en retenue élégante. Le groove n’y est jamais lourd et le swing toujours est toujours délicat et pudique.

Et c’est dans cet écrin de velours que lui font Chassy et Yvinec que Paul Motian, fidèle à lui même s’impose comme un géant absolu, pour nous le véritable héros de cette session. Car avec Motian, la mélodie prend sous son drive, sous les froissements de sa batterie, une sensualité, une féminité aux atours délicats. Il faut écouter toute la science de Motian sur un You fascinate me où sa présence résout tout. On savait que le problème de Bill Evans c’était son rapport à la batterie…. Jusqu’à Paul Motian. Car son drive n’a que peu d’égal, ce roulement aérien, cette façon de jouer à fleur de peau. Coloriste sorcier qui possède le secret de donner aux mélodies un relief inégalé.

Qu’on ne parle pas ici de concepts révolutionnaires, de prise de risque, de lâcher prise car là n’est pas le propos. Ce que l’on entend ici c’est le plaisir de jouer et de chanter ces thèmes qui prennent dans cette intimité-là, leur part d’universalité. La musique du siècle dernier recelait de purs joyaux. Rendons grâce à ces quatre-là d’avoir su si bien les exalter.

Jean-Marc Gelin

Partager cet article
Repost0

commentaires

J
Très belle critique, naturelle et essentielle, qui ne fait qu'alimenter mon désir de me procurer ce disque qui a l'air magnifique et qui va se retrouver chez moi d'ici peu !<br /> Merci pour cette actualité que vous mettez en avant et qui nous permet de prendre connaissance des nouvelles productions et de ne louper aucun épisode !<br /> Z
Répondre
J
<br /> merci c'est vraiment très sympa à vous.<br /> Bon jazz ! <br /> <br /> <br />