Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mai 2009 4 07 /05 /mai /2009 07:56

Cristal 2009

 

Depuis 10 ans qu’ils existent ces gars-là ne cessent de nous donner un plaisir monstrueux. Avec eux, c’est comme l’évidence toujours renouvelée de l’existence d’un jazz plus vivant que jamais, un jazz aussi bourré d’énergie que de talent, qui peut compter sur celui de ses compositeurs ( Pierre Bertrand, Nicolas Folmer, Laurent Cugny, François Theberge), arrangeurs ( les mêmes plus Ivan Julien) ou solistes ( Denis Leloup, Sylvain Beuf, Stephane Chausse, Stéphane Guillaume, Fabien Mary, et j’en passe et des pas moins bon…). C’est toujours la rencontre de l’envie de jouer, du plaisir de jouer et enfin de l’engagement à jouer. Et force est de constater qu’il n’y  a pas beaucoup de Big band qui peuvent aujourd’hui réunir toutes ces qualités avec autant de jubilation émoustillante. Le public d’ailleurs ne s’y trompe pas, avide de revenir à certains fondamentaux du jazz et qui est venu en masse écouter des semaines durant le Paris Jazz Big Band au Trabendo où cette formation y avait élu résidence. Ce fut aussi l’occasion pour la formation d’y accueillir des invités de renom ( Cecarrelli, De Bethmann etc…). Ce sont ces sessions « live » qui nous sont proposées ici dans un triple album enregistré entre janvier et mars 2007. Un document « fleuve » s’il en est puisqu’il totalise près de trois heures de musiques.  Trois heures qui, pour autant ne s’écoutent pas de manière linéaire puisqu’il reprend les trois derniers répertoires enregistrés en studio ( « A suivre », « Paris 24h » et « Mediterranéo ») où l’on entend combien la musique que propose le PJBB n’est jamais monochrome mais capable de se nourrir d’univers très différent tout en gardant cette ligne Ellingtonnienne comme une sorte de fil conducteur sous-jacent. C’est qu’il y a là une double intelligence en action, celle des arrangeurs subtils et brillants et celle des solistes toujours époustouflants, dynamisés par la présence derrière eux de cette grosse machine, si bien huilée qu’elle semble s’envoler littéralement. L’essence du big band comme on les aime, classique ou moderne, créateur d’espaces de libre jeu, d’un jeu ouvert respirant à grandes bouffées,  d’envolées lyriques et de swing échevelé ou encore d’écrins superbes au filage de soie. Admirable          .          

Jean-marc Gelin

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires